logo Le moteur de recherche de la télé

Dépasser sa peur des autres

Ça commence aujourd'hui, des nouvelles de nos invités


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 10h30 sur France 2

capture
– Vous avez commencé à parler sans difficulté.
– Camille: Oui. Jusqu'à mes 3 ans, il n'y avait rien de spécial. Je n'avais aucun trouble de la parole. Ça se passait très bien. J'étais même assez bavarde. Mes parents me disent aujourd'hui que je parlais au téléphone. Je ne parlais pas avec des gens. Je faisais du mimétisme. J'imitais mes parents. Je faisais ça toute la journée. J'aimais bien les objets noirs.
– Félix Bollaert : C'est bizarre.
– Camille: Sur les albums photos, ma mère a écrit de moi: "J'adore les objets noirs." Mes parents m'ont acheté un téléphone en jouet. Il y avait plein de couleurs, des petits boutons... Apparemment, j'y ai très peu joué. Je prenais le vrai téléphone noir. Je causais. Franchement, rien de notable
capture
– Félix Bollaert : Avec vous, on va découvrir quelque chose que je ne connaissais pas: le mutisme sélectif.
– Camille: Il y a 2 ans, je ne savais pas ce que c'était. Pourtant, j'en ai été porteuse jusqu'au début du collège. C'est parti progressivement.
– Félix Bollaert : C'est un handicap. Vous dites "porteuse"... Expliquez-nous ce que c'est.
– Camille: C'est une anxiété sociale tellement intense qu'on est paralysé.
On ne peut pas parler. Il y a la voix, mais aussi les mouvements. Un enfant mutique ne va pas oser aller aux toilettes. Une fois, j'étais en classe verte. Il m'est arrivé de me faire pipi dessus parce que je n'osais pas Il fallait que les enseignants m'amènent aux toilettes pour que j'ose y aller. Sinon, je ne demandais pas.
– Félix Bollaert : A quel moment ça s'est concrétisé? A l'école? Quand vous avez été confrontée à d'autres enfants?
– Camille: Le 1erjour d'école, c'était évident. C'était la 1re fois que j'étais entourée de personnes en dehors de mon cercle familial. Je ne leur parlais pas. Quand on me posait une question, je ne répondais pas. Mon visage standard, c'était ça. J'avais un visage très fermé. Ca, c'était mon 1erjour d'école.
– F. Bollaert: Petite bichette... On n'a pas envie de vous envoyer à l'école.
– Camille: Je ne bougeais pas. A la récré, au lieu de courir, d'aller vers les jeux, je restais sur le pas de la porte.
capture