logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

–  L.Bignolas: "Briser" les Verts à ce point-là, c'est très maladroit. On se retrouve un peu plus tard. Dans une dizaine de minutes, nous irons en Haute-Garonne découvrir une école pas comme les autres dans laquelle on forme des jeunes aux métiers de l'environnement. Avant cela, place aux 4 Vérités. Vous aimez les Verts aussi? En tant que Berrichons, on est tournés vers les équipes du centre de la France.
– César Roux : Je reçois M.Sapin.
– Michel Sapin : Bonjour, C.Roux.
– César Roux : Hier, C.Ghosn a donné ses explications. Il affirme qu'il n'a rien à se reprocher, qu'il est victime d'un complot. Il vous a convaincu?
– Michel Sapin : Il a le droit de se défendre. Il devrait le faire devant toute justice qui lui demanderait des comptes. Le droit de se défendre, de se considérer comme innocent, de faire valoir ce qu'il considère comme son innocence. Il s'adressait plus là à l'opinion publique. Ce n'est pas à moi de le juger. C'est à la justice.
– César Roux : Il échappe à la justice?
– Michel Sapin : C'est peut-être ce qui me choque. Seule la justice, quelle qu'elle soit, dans un pays démocratique, est en capacité de dire ce qui est vrai ou pas.
– César Roux : Il estime être victime du système judiciaire japonais.
– Michel Sapin : On peut critiquer le système. On a pu être choqués par le fonctionnement de la justice américaine, parfois. Mais cela ne légitime pas, parce que c'est un pays démocratique, ça ne justifie pas de vouloir échapper à la justice.
– César Roux : C'est un fugitif?
– Michel Sapin : Lui-même se considère comme tel.
– César Roux : Il va faire valoir son droit à la retraite. Il rappelle qu'il n'a pas démissionné.
– Michel Sapin : Ça doit être une retraite à points. Qu'il fasse valoir ses droits... C'est quelqu'un d'extrêmement riche. C'est parce qu'il est riche qu'il échappe à la justice. Il peut laisser des millions au Japon comme caution et payer une évasion.
– César Roux : La loi Florange a donné plus de poids à l'actionnaire français. Selon lui, ça a été mal vécu par Nissan et par le Japon. Vous étiez aux affaires à ce moment-là. Vous étiez ministre des Finances. Le ministre de l'Economie était E.Macron.