logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 7h10 sur France 2

– Le débat sur le financement est légitime. Nous avions eu des problèmes On a pris des décisions qui n'étaient pas partagées par tout le monde. Ce sont ces mesures qui ont permis de ramener à l'équilibre la Sécurité sociale et le régime de l'assurance. Il y a aussi un débat important, celui sur un régime plus universel, plus solidaire. Mélanger les 2, quel gâchis! Au nom d'une question de financement non urgente, un projet qui pouvait être important. Je crains que la fin de l'histoire, c'est qu'on ne puisse plus rien faire de ce projet. Le système à points est compliqué. Il faut l'expliquer. Il ne faut pas être dans la confrontation. Plein de gens se posent des questions.
– César Roux : Vous pensez que la réforme n'aboutira pas?
– Michel Sapin : Je ne sais pas, mais je pense que c'est un immense gâchis.
– César Roux : Nouvelles sanctions économiques contre l'Iran. Quel doit être le rôle de la France dans ce qui ressemble à une escalade, même si D.Trump a donné le sentiment de vouloir baisser d'un ton?
– Michel Sapin : Avec lui, c'est compliqué. Des mesures économiques, les Etats-Unis en ont déjà décidé unilatéralement. Ce qui est extrêmement choquant, c'est cette décision prise par un homme, D.Trump, qui consiste à assassiner sur le territoire d'un autre pays, en violant la souveraineté de ce pays, un général qui n'est pas considéré par les organisations internationales comme un terroriste. C'est lourd et grave. Evidemment, ce n'est pas un enfant de choeur. Mais il en existe d'autres aux Etats-Unis, en Russie. S'il fallait tous les détruire, il y aurait du dégât dans le monde.
– César Roux : La France aurait dû condamner?
– Michel Sapin : Elle a perdu une occasion de parler fort. Par le passé, la France a su parler fort, y compris sur la question irakienne. Elle a su dire "non" à telles ou telles fausses preuves apportées par les autorités américaines. Là, la France n'a pas su dire "non" à la décision.
– César Roux : Pourquoi?
– Michel Sapin : C'est très étrange comme ce président a la capacité de dire des choses à la fois trop fortes, comme sur les questions