logo Le moteur de recherche de la télé

Family business : pour le meilleur et pour le pire !

Ça commence aujourd'hui


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 1h15 sur France 2

– Félix Bollaert : Vous avez quelqu'un dans votre vie?
– Antonio: Oui.
– Félix Bollaert : Elle commence à s'intégrer dans la famille?
– Antonio: Elle est serveuse au restaurant.
– Félix Bollaert : D'accord! Si on vous épouse, on épouse la famille. Quand on rentre dans cette famille, on adopte tout le monde.
– Marine: Quand on part, c'est dans un autre contexte. Quand on part en vacances, c'est plus relax que les moments de rush C'est 2 mondes différents.
– Félix Bollaert : Ça se voit, que vous êtes un clan. Ça se ressent dans les énergies que vous dégagez.
– Céleste Albaret : Le propre de votre famille, c'est que vous êtes portés par ce lien. Vous n'avez pas envie de faire la distinction entre les vacances et le professionnel, parce que vous êtes bien ensemble. Ce n'est pas une corvée, c'est une envie.
– Félix Bollaert : Vous formez une entité.
– Céleste Albaret : Exactement. Vous demandiez tout à l'heure si le fait de travailler ensemble était difficile ou pas. Quand fait-on la distinction entre la partie professionnelle et personnelle? Pourquoi c'est dur? Parce que vous êtes sans filtre. Quand on est en famille, on s'engueule sans filtre. Par contre, le côté positif, c'est que comme on a un lien si fort, on peut se dire les choses sans filtre parce que VOUS VOUS aimez. Tout passe. Quand on s'engueule, c'est sur un fait, pas dans la relation. Vous êtes soudés. Comme vous entretenez cela en dehors de votre vie professionnelle... Vous partez ensemble parce que vous en avez envie. Du coup, ça glisse. Tout est naturel. Par contre, pour rentrer dans la famille, il doit y avoir un sacré casting!
– Félix Bollaert : Vous ne pouvez pas faire une carrière dans un autre domaine? Ceux qui rentrent dans votre famille épousent aussi cette façon de vivre? Quand on rentre chez vous, on va bosser au restaurant.
– Antonio: Plus ou moins.
– Bruno: Ce n'est pas une question qu'on impose.
– Céleste Albaret : C'est presque comme une évidence.
– Félix Bollaert : On peut avoir un amoureux qui n'est pas boucher?
– Marie-Laure: Oui.
– Anne-Sophie: Elle, oui, mais moi, le mien est boucher. C'est drôle parce que ça se passe comme ça aussi chez nous.