logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous la suite


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 0h25 sur France 5

– Voici un passage culte, entre Véronique et Davina.
– Bonjour, Jacques. Allez, avec nous! On enlève la veste!
– Maxime Switek : Les années 80... On retrouve son nom aussi sur une liste de détenteurs de comptes en Suisse, mais la polémique n'a pas éloigné les clients.
– Ça fait combien de temps que vous vous faites coiffer chez J.Dessange?
– Je suis toujours très bien reçue et très bien coiffée.
– Ça vous évoque quoi?
– Un grand entrepreneur et un homme de talent.
– Se tenir au courant de ce qui va se faire, des courants C'est une garantie de qualité.
– A.-E.Lemoine: Merci. M.Suc, je rappelle votre livre qui révèle la face cachée de C.Ghosn. Merci beaucoup, V.Beaufils. On vous lit dans les colonnes de Challenges. Dans un instant, un Immortel, prix Goncourt en 1988. Il continue à écrire. E.Orsenna est notre invité. A ses côtés, je crois voir F.Testot. Je ne sais pas ce qu'il fait là. Réponse dans un instant.
– Le prix Goncourt 1988 a été attribué à E.Orsenna.
– Réponse amicale à la centaine de bibliothécaires venus manifester et, à l'occasion, approuver le choix du jury.
– Erik Orsenna : J'aime assez le bonheur, mais là, une réussite comme ça, une consécration, c'est formidable. Je n'y pensais pas.
– A.-E.Lemoine: Bonsoir, E.Orsenna. On est heureux de vous accueillir à l'occasion de votre nouveau roman. C'est une magnifique histoire d'amour. Vous vous souvenez de cette manifestation des bibliothécaires qui criaient: "Le Goncourt avec nous"?
– Erik Orsenna : Après, j'ai été chargé d'ouvrir plus les bibliothèques. J'ai coécrit un rapport qui n'est pas resté dans les oubliettes. Le Goncourt, je l'avais été écrit à la place 190 de la Bibliothèque nationale. Cette place est chérie. Ils pensent qu'en s'asseyant à cette place, ils auront le Goncourt. Je suis arrivé par le siège.
– A.-E.Lemoine: Ce livre vous a valu votre Goncourt. C'était votre 17e roman.
– Erik Orsenna : Je ne suis pas doué. Je suis obstiné. J'ai commencé mon 1er roman à 8 ans. Evidemment, il était nul. j'écrivais les romans. Durant l'année, je les jetais. J'ai montré le 12e qui, heureusement, a été refusé.