logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 22h40 sur France 5

capture
– Avec ces deux fronts en même temps, le gouvernement se dit que ce n'est pas possible. Ils ont l'intention de faire un geste fort en direction des enseignants. La difficulté est de savoir comment calibrer les annonces de mercredi. Il faut mettre toutes les cartouches sur la table tout de suite? Si on fait cela, les autres fonctionnaires ne seront pas contentés. Ce sont des arbitrages très compliqués à faire. L'autre chose qui a frappé le gouvernement, c'est un front anti-macronisme qui continue à jouer dans l'opinion. "Vous pouvez dire ce que vous voulez, on ne vous croit plus."
– César Roux : Dans les cortèges?
capture
– Françoise Fressoz : Dans la forte mobilisation des services publics. Et ily a des fake news qui se répandent fortement. A l'Education nationale, le simulateur disait qu'ils allaient perdre entre 700 et 1000 euros par mois. Ça a fait des ravages. Une dernière difficulté, c'est que la réforme reste difficilement lisible. On ne comprend pas pourquoi le gouvernement s'est lancé dans un chantier aussi vaste sachant que ce qu'on entend, c'est qu'il va y avoir Mais quelle est la finalité de cette réforme? Pourquoi, à mi-quinquennat, ils se sont lancés dans ce vaste chantier? Ça va être un des enjeux d'E.Philippe, expliquer aux Français en quoi ce nouveau système de remise en cause globale du régime des retraites est bon. Ça va être une sacrée affaire pédagogique à mener.
– César Roux : Vous avez rencontré le Premier ministre pour l'interview du JDD. On sentait que chaque mot était pese pour ne pas apparaître dans une raideur.
– E.Souffi: Pour rester droit dans ses bottes. Il faut qu'il soit déterminé. Ils savent que ce mouvement va durer. La colère ne va pas s'éteindre jeudi matin. L'enjeu, c'est de savoir si ça va continuer lundi prochain. On a un Premier ministre qui doit défendre une réforme à laquelle il ne croit pas.
– César Roux : Vraiment?
capture