logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 17h45 sur France 5

capture
– Il disait qu'on leur avait donné tout ce qu'ils voulaient, la maison Que voulaient-ils de plus?
– César Roux : Question.
– Sylvano Clarke : La presse britannique se tuerait pour avoir un bon titre avec un jeu de mots, n'importe lequel. C'était moins simple avec Harry.
capture
– I.Rivière: Il en a parlé en juin 2017, lorsqu'il a commencé à évoquer publiquement les problèmes psychologiques qu'il affrontait. Il a confié que lorsqu'il avait quitté l'armée britannique au début des années 2010, il avait déjà songé à tout plaquer, mais que c'était l'affection et la loyauté qu'il avait envers sa grand-mère qui l'avaient empêché de le faire. On ne peut donc que s'interroger sur l'évolution de ce jeune homme depuis 2 ans, qui l'a conduit à prendre cette décision.
– César Roux : Ça veut dire quoi, quand on parle de travailler et qu'on est le prince Harry?
– I.Rivière: Donner des conférences, écrire des livres... Ça reste flou.
– Sylvano Clarke : Il ne s'agit pas de travailler mais de gagner de l'argent.
– A.-E.Moutet: Mais il a monté une oeuvre de charité pour les estropiés de différentes guerres. Il a fait ça lors des J0, pour des militaires qui ont perdu des membres dans tous les pays. C'est quelque chose qui peut occuper et qui fait énormément de bien. Ça a été très apprécié, notamment aux Etats-Unis. Ils ont beaucoup de blessés sur le terrain, en Irak, en Afghanistan. Avant, on marchait sur une mine et on était abandonné sur le terrain, mort en quelques minutes. Maintenant, on sauve les gens avec des équipes de médecins sur le terrain. Les hôpitaux militaires sont devenus extraordinairement compétents, y compris en France.
– César Roux : Question.
capture