logo Le moteur de recherche de la télé

Le soja : comment arrêter, par quoi le remplacer ?

La quotidienne


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 11h45 sur France 5

capture
– Il ne faut pas que les lardons soient fumés. On va couper le poulet un peu plus gros que le cochon. On a envie d'avoir le goût du poulet qui ressort. Le cochon apporte le liant. On coupe le poulet en dés d'un peu moins de 1 cm. C'est pour avoir le goût du poulet on le met dans un récipient. Ensuite, on prend un cul-de-poule ou un saladier et on incorpore la farce. C'estjuste du mélange. Il fautjuste faire attention à couper la farce le plus finement possible. On ajoute le poulet. De la crème... Ensuite, on prend un oeuf entier. On y va à la main. Il ne faut pas avoir peur. Il faut vraiment mélanger. L'intérêt, c'est de s'arrêter quand la crème et l'oeuf se seront bien incorporés aux viandes. C'est une opération pour laquelle on peut prendre son temps. On peut aussi y aller de manière plus tonique. Je peux vous laisser mettre les pistaches. Vous pouvez en mettre les 3/4.
– Thomas Isle : Etje mange le reste.
– N.Vérot: L'idée, c'est que tout le monde en ait. Tout le monde n'aura pas la fève, donc autant avoir de la pistache. La fève, on la met à la fin.
– Thomas Isle : Pourquoi les pistaches?
capture
– N.Vérot: Parce que ça marche bien. C'est un grand classique. C'est un ingrédient qu'on trouve très facilement dans le commerce.
– Thomas Isle : Ensuite, le montage est classique. On prend une couche de pâte feuilletée.
– N.Vérot: Exactement. Il est préférable d'avoir des gants pour cette étape. On dispose la viande qu'on a préalablement mélangée.
– Thomas Isle : Vous allez réussir à tout mettre?
– N.Vérot: C'est la magie de la charcuterie.
– Thomas Isle : Cette galette va être costaud!
– N.Vérot: On est généreux. Ça se mange plutôt en plat et pas en entrée. On fait un cercle.
– Thomas Isle : On se laisse de la place pour lier les 2 disques de pâte.
capture