logo Le moteur de recherche de la télé

Chroniques d'en haut


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 9h10 sur France 3

– Et maintenant, quand les conditions sont bonnes, il y a beaucoup de monde qui descend.
– Venus du monde entier, les skieurs sont guidés par des professionnels de la montagne depuis le sommet des stations voisines jusqu'à La Cordée,
– Welcome in Saint-Christophe!
– La Cordée, c'est un peu une institution, ici. Pour nous, c'est l'endroit où on vient manger, été ou hiver, quand on rentre de ski. C'est l'endroit où on a la bière, l'endroit où on vient voir Marie, prendre un peu des nouvelles des copains du Vénéon quand on vient de La Grave. C'est un peu le phare de la vallée pour moi.
– Bien qu'étant l'une des plus grandes communes de France, Saint-Christophe-en-Oisans ne compte plus que quelques dizaines d'habitants à l'année. L'isolement, le manque de travail et la difficulté de l'agriculture en haute montagne ont progressivement vidé la commune. En maintenant son commerce ouvert toute l'année, Marie-Claude a largement contribué à la survie de son village. Ici, tout le monde lui en est reconnaissant.
– Moi, j'ai toujours connu Marie-Claude à La Cordée. C'est aussi un peu mon histoire. J'imagine qu'il y a des gens qui ont une histoire plus ancienne mais c'est quand même elle qui a donné ce qu'est La Cordée aujourd'hui. C'est elle qui a donné l'âme du lieu, qui le fait vivre, qui fait vivre le village. Si des gens vivent encore ici, c'est parce qu'il y a un café, un lieu d'accueil, un lieu de discussion.
– Tu goûtes.
– Exceptionnel.
– Il faut que ça reste quelque chose d'exceptionnel.
– Si on enlève ce genre de lieu, il n'y a rien.
– Bon après-midi à toi.
– Merci. Voilà votre taxi, Messieurs.
– La taxiwoman est là. Mais pour nous, c'est super important.
– Autour de La Cordée, c'est toute une économie qui gravite. Ils sont moniteurs de ski, guides de haute montagne ou même chauffeurs de taxi. La dame de l'Oisans est la cheffe d'orchestre de ce ballet hivernal. Elle est la 1re de sa famille à s'occuper seule du commerce. Depuis 25 ans, à peu près tout repose sur ses épaules.
– Demain matin, même. Vous rappelez demain pour me dire combien vous êtes, à quelle heure vous arrivez et le taxi qu'il vous faut.