logo Le moteur de recherche de la télé

Les témoins d'outre-mer


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 8h40 sur France 3

– Il y a un jeu de mots avec son nom.
– Nella Bipat : Et ça sort le 7 février. Merci beaucoup, Hélène. C'était un régal à écouter. On a adoré ce moment. Un incontournable: vous faire découvrir les cases créoles, toutes différentes mais toujours avec du charme, ouvertes sur l'extérieur. On retrouve Eric, qui nous fait découvrir la sienne, une maison typique du centre-ville de Cayenne. Il y a un jardin secret à l'intérieur, loin des regards: une cour intérieure.
– Cayenne, sa douceur de vivre, ses rues, sa place des Amandiers et ses maisons créoles colorées. Rendez-vous avec Eric, né à Cayenne. Il nous accueille devant sa maison. Il habite en plein centre-ville. Cette zone est souvent délaissée au profit des hauteurs de Cayenne.
– J'habite là depuis quelques années. C'était un choix pour mon compagnon et moi d'habiter à Cayenne. On a trouvé cette maison. Ce qui nous a plu, c'est la distribution de la maison, en particulier le jardin.
– Ces petites cours et jardins d'intérieur sont une spécificité de l'architecture créole du centre-ville. Une architecture aux matériaux bien spécifiques...
– Ce qui se retrouve tout le temps dans les maisons créoles, c'est l'utilisation du bois. A l'époque, on utilisait aussi des briques, avec un système de doubles portes, des balcons faits en bois. Ce sont des maisons basées sur la ventilation naturelle.
– En Guyane, le climat équatorial peut être parfois étouffant. Rien de mieux qu'un écrin de verdure au coeur de la maison pour se rafraîchir.
– On dit souvent que Cayenne manque de végétation sur les trottoirs. A l'intérieur des cours, les gens gardent des jardins. Ça participe de la lutte contre la chaleur. Ça aère les maisons.
– Une maison traditionnelle rénovée par Eric, où s'entremêlent décoration créole et moderne.
– On a utilisé des objets tirés de l'artisanat local, amérindien. C'est une sculpture de quelqu'un que j'aime bien, Pierre Demonchaux.
– Un écodesigner et plasticien local. En Guyane, on vit le plus souvent dehors. La cour intérieure et son jardin est la pièce maîtresse de la maison, une pièce à ciel ouvert, où on peut se détendre.