logo Le moteur de recherche de la télé

D'Umani


diffusion le jeudi 9 janvier 2020 à 8h05 sur France 3

– Si la légende dit vrai, Ulysse a dû se sentir tout petit au pied des falaises. Désormais, ce ne sont pas des Lestrygons mais des centaines de bateaux de plaisance qui pullulent au large de Bonifacio. La navigation est moins dangereuse. Depuis 1999, une réserve naturelle a été créée sur près de 80 000 ha avec des conditions très strictes de navigation. Cette réserve naturelle est celle des îles Lavezzi, protégée par les sentinelles du paradis. Merci Jean-Michel.
– On va monter sur les îles.
– Les Lavezzi, évidemment.
– Ici, on est en réserve naturelle C'est une zone qui fait 5 050 hectares, classée en réserve naturelle depuis 1982. En 99, elle a été incluse dans la grande réserve naturelle des Bouches qui part de la Chiappa. Plusieurs îles sont totalement interdites au débarquement, on laisse vraiment la nature sur ces îles. Il n'y a pas de fréquentation, ni en hiver, ni en été. Il y a une grande problématique qu'il faut absolument gérer pour les 5 prochaines années, c'est l'ancrage des bateaux de plus de 24 m, qui provoque vraiment des dégâts sur la posidonie. Ça peut allerjusqu'à 100 m2 d'herbier de posidonie qui disparaît. On est dans une problématique urgente car il faut impérativement faire des zones où c'est autorisé et d'autres où c'est interdit. Et des zones où, à un moment donné, il faudra peut-être aménager.
– Donc pas de répression mais de la sensibilisation. On essaye d'éduquer.
– C'est à Lavezzi qu'il y a le plus de problèmes.
– C'est la zone la plus sensible. On y va? Allez. L'île est riche en espèces fragiles comme le goéland d'Audouin, le puffin cendré, le mérou ou la patelle géante.
– Ici, on fait des comptages de patelles géantes. C'est une espèce unique. Il y a 4 espèces de patelles en Méditerranée. A l'époque du Néolithique, il y en avait partout Aujourd'hui, il n'y en a plus que sur quelques îlots, un peu en Corse, en Sardaigne et les zones comme les Lavezzi sont des zones très riches en patelles géantes. Tous les 10 ans, on se met en combinaison, on compte et on mesure toutes les patelles.
– Mais ici, l'espèce la plus répandue est le plaisancier.