logo Le moteur de recherche de la télé

Gueules cassées


diffusion le mercredi 8 janvier 2020 à 0h05 sur France 2

– C'est comment, l'emplacement? Là, je crois ? Toute les semaines, je viens, tu rajoutes un pot !
– Non, je n'ai rien rajouté ! De quelle couleur on va faire le garage ?
– Je ne sais pas, c'est ta baraque !
– Non, ce n'est pas ma baraque ! Je voudrais bien qu'il arrête ! Je lui ai déjà dit, je suis malade, j'ai un cancer, je vais peut-être mourir bientôt, j'aimerais qu'il arrête avant que je ne meure. Il le sait, en plus. Il m'a vue, pendant des mois, avachie sur mon canapé ! je ne pouvais plus bouger. Mais apparemment, ça ne le touche pas plus que ça. Il faut croire que non, sinon il arrêterait !
– Il faut croire que non. Je suis assez bête pour l'emmener, des fois !
– Vous l'emmenez chercher?!
– Ben oui ! On est bien obligés.
– Quand il est trop en manque. Quand il veut des sous, on finit par lui donner, parce qu'il nous soûle. Il me bombarde de messages pendant 1 h. Je finis par lui dire oui.
– Alors que vous savez que c'est pour aller en chercher?
– Oui, et il part dans la foulée ! Il va chercher sa came, je le sais. Je sais que c'est pour ça.
– Vous vous dites quoi ?
– Que je suis un peu con, parce que je ne devrais pas. Mais bon... c'est comme ça.
– Oui, pendant un moment, il a tout revendu, de chez sa mère, fer à repasser, centrale vapeur, tout y est passé. Il m'a volé tous mes bijoux. Pour les revendre au Cash, presque rien ! Une fois que c'est fait, c'est fait ! C'est comme ça ! Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre ? Le laisser tomber, ça ne servirait à rien. Il y en a déjà plein qui l'ont laissé tomber.
– J'ai commencé les rendez-vous avec le psy, lundi.
– Lundi ? C'est bien.
– Il m'a dit : "Si tu veux arrêter la came, c'est dans la tête aussi".
– Evidemment !
– C'est beaucoup dans la tête.
– Oui.
– Mais là, ça va, je tiens le coup.
– Si tu le dis !
– Je craque le week-end, mais la semaine, je tiens.
– Pourquoi tu craques le week-end ? Il n'y a pas de raison !
– Je suis tenté, à chaque fois que je reviens ici.
– Il ne faut pas venir!
– Bon ben j'y vais, mamie !
– Je repasserai peut-être tout à l'heure.
– Ouais. Salut !
– Bisous.
– Les parents d'un enfant toxicomane ne savent pas où il est, à quelle heure il rentre, il sort la nuit, il part plusieurs jours, quand le téléphone sonne, on ne sait pas si c'est l'hôpital, la morgue, la gendarmerie, parce qu'il y a une garde à vue.