logo Le moteur de recherche de la télé

Délits au volant, audience au tournant

Grands reportages


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 13h30 sur TF1

capture
– Il vous faut prononcer une peine dissuasive, qui va lui valoir une 14e condamnation. Ça doit cesser. On doit surtout éviter que la prochaine fois qu'il pense prendre un véhicule, et qu'il en soit le responsable. Je demande une peine de 9 mois d'emprisonnement avec mandat de dépôt.
– Merci, M. le Procureur.
– Un mandat de dépôt, cela signifie un emprisonnement immédiat. Jordan est représenté par une avocate commise d'office. Me Pépin concentre sa défense autour d'un argument clé : son client est employé en CDI, un cas rare chez les récidivistes.
– Effectivement, son comportement n'est pas correct. Certes, il cause des dangers aux usagers de la circulation, mais il fait des efforts. Il a un CDI, il accueille son fils une semaine sur deux et durant les vacances scolaires. Il essaie de s'en sortir. Je vous demande votre clémence de ne pas prononcer le mandat de dépôt pour ce jeune homme qui a un CDI, que son employeur continue à garder s'il sort libre. S'il le faut, il acceptera une obligation de passer le permis.
– Merci, maître. Quelque chose à ajouter ?
capture
– C'est bon ?
– Le tribunal va se retirer pour délibérer sur cette affaire.
– A peine 10 minutes plus tard... Sonnefie
– Le tribunal, levez-vous.
– L'audience est reprise. M. (bip), le tribunal vous déclare coupable des infractions qui vous sont reprochées et vous condamne à la peine compte tenu que ces infractions sont commises à moins de 2 mois d'intervalle.
Le tribunal décerne un mandat de dépôt à votre encontre afin d'éviter le renouvellement d'autres infractions et ordonne la confiscation des véhicules. L'audience est suspendue.
– Levez-vous.
– Jordan est conduit directement à la maison d'arrêt. S'il a un comportement exemplaire, il y passera 6 mois au lieu des 9 pour lesquels il a été condamné. Au tribunal, il y a les habitués, multirécidivistes... et puis il y a les autres. Une fraction de seconde a suffi à faire basculer leur vie et parfois celle de leur victime.
– Mon coeur, tu me branches l'elliptique ?
– Je l'ai assez poussée ?
– Oui, ça passe.
capture