logo Le moteur de recherche de la télé

Le défilé

Défilé du 14 juillet 2019


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 9h45 sur TF1

– Tu sais dans quel régiment il va défiler?
– G.Debré: Toi non plus. Visiblement, ils sont bien au courant. cou ra nt. Cette petite famille attend patiemment de voir défiler son papa dans quelques instants.
– A.-C.Coudray: Merci. Nous voilà tous au complet. Gilles Bouleau, Anne-Claire Coudray, Colonel Emilie, vous êtes là pour nous aider à décrire ce défilé avec beaucoup de nouveautés, mais aussi avec cet esprit guerrier. Les militaires nous ont dit que les innovations sont l'avenir. La rusticité de l'armée française est la base de leur savoir-faire et de leurs capacité.
– Lieutenant-Caporal Emilie: C'est important de conserver tout cela. Un équipement peut toujours tomber en panne. On doit toujours être capable de combattre à partir du savoir-faire de base, sans technologie.
– A.-C.Coudray: Frémissement du côté de l'Elysée, je crois. Les voitures qui sont garées dans la cour se mettent en mouvement.
– Gilles Bouleau : Une 1re voiture est partie, mais pas celle du président de la République. Une seconde est là, moteur tournant. Il est 9h54, ce qui voudrait dire que le chef des armées est à l'heure.
– A.-C.Coudray: La voiture s'en
– Gilles Bouleau : Les journées qui pry a des le 14-Juillet sont Il y a des remises de médailles, la rencontre avec la hiérarchie militaire. Il y a des accords et des désaccords. Ce 14 juillet 2017, souvenez-vous, avec ce froid entre le chef d'état-major et le président de la Répubüque.
– A.-C.Coudray: Camille, vous venez de voir la voiture passer devant vous.
– Cathy Colin : Oui. Le président de la République est sorti de l'Elysée. Tout est très minuté. Le gouverneur militaire de Paris Ils vont pouvoir donner le "go" de ce défilé. Il va descendre jusqu'à la place de la Concorde, où les honneurs seront rendus au président de la République qui est aussi le chef des Armées.
– Gilles Bouleau : Chef des Armées, et Anne-Claire en a un souvenir très vif, on se souvient de cette tension en juillet 2017, le chef d'état-major des Armées, le général de Villiers, dans le l'avant-veille, des choses s'étaient dites entre eux.