logo Le moteur de recherche de la télé

Les préparatifs

Défilé du 14 juillet 2019


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 7h00 sur TF1

–  En juillet 201 1, j'étais à la tribune des Je n'aurais jamais pensé que 8 ans plus tard, j'allais défiler. Je boitais un peu à l'époque. Comment se relever? C'est du travail physique. On fait pas mal de sport tous les Mais aussi de l'entraînement et de la fraternité. Et l'envie de continuer ce métier passionnant.
– A.-C.Coudray: Le collectif est-il important?
– Tout à fait. On est beaucoup soutenus par les camarades, les collègues, les médecins militaires qui sont toujours Et bien sûr, nos supérieurs qui m'ont encouragé. Je n'avais pas encore commandé ma compagnie à cette époque et ils m'ont toutefois laissé prendre un commandement. L'accident était en mars et au mois de juin, je prenais le commandement de ma compagnie. Ça fait plaisir.
– A.-C.Coudray: La devise des pompiers, "Sauver ou périr". Quand vous vous engagez, l'avez-vous en tête? Vous pensez que ça peut arriver, laisser sa vie?
– Je n'y ai jamais pensé, mais on l'a en tête. Tous les lundis matin, on fait Fappelaux l'appel aux morts des feux. On commémore leur souvenir. Ça peut bien sûr arriver à un moment ou à un autre. Il n'y a pas de petites interventions. On se rappelle du caporal Henry qui s'est fait poignarder. Puis, nos 2 camarades morts sur une explosion rue Trévise. On ne sait jamais ce qui peut se passen
– A.-C.Coudray: Vous ne saviez pas tellement ce qui vous attendait quand vous êtes partis sur l'incendie de la rue Erlanger en février dernier. La configuration est infernale pour les pompiers. Impossible d'installer ce genre de véhicule. Le bâtiment donnait sur une cour. Comment avez-vous fait pour monter dans les étages?
– L'accès aux échelles sur l'immeuble n'était pas possible. On a dû utiliser des échelles à crochet. La particularité a été que l'on n'avait pas de balcon pour s'accrocher, juste une rambarde en béton.
– A.-C.Coudray: Et là, on est donc contents de s'être entraînés.
– Oui. On a pris des risques, mais ils étaient mesurés. On a la chance de pouvoir s'entraîner tous les jours à la Au final, on s'entraîne d'autant plus sur les secours aux victimes car il n'y a pas de petites
– A.-C.Coudray: Vous avez sauvé des gens.