logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 12h55 sur France 3

capture
–  L. Jalabert : Dans l'échappée du jour, il y a deux Français.
– F. Ferrand : Encore une de ces forteresses... La région est propice à toute cette architecture militaire du Moyen Un château vendu à la fin du XVIIe siècle aux moines. Ensuite, ça a été vendu comme bien national à la Révolution. Il se trouve qu'au moment de la création de la République française, un très grand nombre de bâtiments appartenant à des congrégations religieuses ou des aristocrates émigrés ont été vendus par le gouvernement et donc rachetés généralement par des bourgeois locaux.
C'est-à-dire que cette Révolution française a fait un énorme changement dans les propriétés en France. C'est ce qu'on appelle les biens nationaux. C'est la première des grandes décisions que prend Bonaparte, c'est conforter les nouveaux acquéreurs des biens nationaux dans leurs possessions.
capture
– A. Pasteur: Un groupe de 14 coureurs à l'avant, l'Espagnol Marc Soler est à 46 secondes. Alors que Rui Costa, lui, est à 1'43 de ce groupe de tête. Et le peloton maintient l'écart autour des 2 minutes.
– L. Jalabert : Le peloton a accéléré. Alors est-ce qu'on a accéléré pour engager une chasse? Ou alors accéléré pour aller chercher Rui Costa? Il a accéléré quand Julian Alaphilippe s'est arrêté.
Il faut avoir un minimum de respect, la course était lancée avant, il pouvait attaquer plus tôt. Au moment où le Maillot jaune s'arrête, ce n'est pas le moment de placer une attaque, ça ne se fait pas.
– A. Pasteur : Alors si le peloton roule, ce n'est pas parce que Rui Costa et Soler représentent un danger.
– L. Jalabert : Marc Soler, lui, il insiste. 45 secondes de retard.
capture