logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 12h55 sur France 3

capture
– carrière chez les pros. Il ne gagne pas à chaque fois qu'il est à l'avant, Thomas De Gendt, mais quand ça marche, ça se voit, parce qu'il est vraiment remarquable dans la gestion de l'effort. Et puis remarquable aussi de résistance, il a pu résister au retour de Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe.
– F. Ferrand : Nous traversons la Loire. Nous sommes là très en amont, mais ce fleuve est sans doute le plus passionnant, le plus beau de France. C'est un fleuve particulièrement sauvage, qui va couler comme ça sur plus de 1.000 kilomètres. Vous avez, dominant la Loire, ce château de Bouthéon, qui a été transformé par la ville pour devenir un musée, un parc animalier et botanique et un aquarium...
– M. Rousse : Aïe, une chute!
– A. Pasteur : C'est De Marchi, semble-t-il, qui s'est fait très
capture
– T. Adam : C'était dans une descente, virage à droite... Alexis Vuillermoz est tombé aussi, il est râpé sur tout le côté droit. En revanche c'est très inquiétant pour De Marchi, qui reste au sol et montre des signes de grande faiblesse. Il est dans une vraie souffrance. Ça a l'air grave. C'est à coup sûr quelque chose de sérieux pour le coureur italien.
– A. Pasteur: Thierry, quelle était la vitesse?
– T. Adam : On était en descente après le pont, je pense qu'ils ont dérapé sur le côté. Il y avait un parapet, la chaussée était en bon état mais ils ont dû sortir un peu tous les deux et ils ont changé de trajectoire. Alexis Vuillermoz s'est râpé, mais pour De Marchi, c'est sûr, il y a quelque chose de cassé. C'est certainement un abandon.
– L. Jalabert : Oui, il a tapé le visage par terre, il a pris un choc au niveau de la face. Il quitte la course, c'est évident.
– A. Pasteur: Il va abandonner, De Marchi. On a vu Stuyven...
– M. Rousse : Et derrière, Alexis Gougeard.
– A. Pasteur : Le peloton filtre, pourvoir si dans les hommes à l'avant il y a des coureurs dangereux...
– L.
Jalabert : L'objectif pour les coéquipiers de Julian Alaphilippe, c'est de regarder s'il n'y a pas de coureur dangereux au général déjà. Si c'est une échappée qui ne comporte aucun coureur dangereux qui prend forme, ce sera moins compliqué ensuite de contrôler l'étape.
capture