logo Le moteur de recherche de la télé

Parlement hebdo


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 11h15 sur France 3

capture
– Et là, moins de mains se lèvent. Il suffit de dire: "augmentons le budget pour nos policiers".
– Comment vous l'expliquer!
capture
– Augmentons par exemple, le budget pour nos hôpitaux car le député du Nord, vous avez vu, il a passé 6h aux urgences et a dit que les conditions de travail étaient exécrables pour les médecins et infirmières. Il faut lever la main lors des budgets pour dire d'augmenter. Et là, il y a une contradiction forte. Par exemple, nos collègues de droite et de En Marche, que vont-ils faire lors du budget 2019? Vont-ils dire au ministre Bruno Le Maire, à Bercy, entamer un bras de fer pour dire qu'il faut les 50 millions de rattrapages, oui ou non? Moi, je m'y engage. Je pense que les communistes, ici, à l'Assemblée nationale, comme au Sénat, s'y engageront. Mais après, ce sera peut-être plus compliqué pour les droites sénatoriales et droites de l'Assemblée nationale.
– La sécurité des Français est en jeu quand on voit les policiers et les gendarmes travaillaient dans de telles conditions?
– Oui, moi, je suis du Blanc-Mesnil, vous voyez. Quand je vais au commissariat, ça m'est déjà arrivé une à 2 fois dans l'année, et qu'ils me disent qu'ils n'ont même pas de voiture pour tourner la nuit car soit soit ils ne sont pas assez nombreux au commissariat. C'est la sécurité de l'ensemble des habitants mais aussi la leur, qui est en péril. Ça va craquer. Je le dis: la droite sénatorial proposait 500 000 fonctionnaires en moins. Emmanuel Macron dit 150 000 fonctionnaires en moins. Il y a une contradiction. Je le dis, ce rapport-là ne doit pas rester lettre morte. Il faut le pousser jusqu'au budget de l'Etat. On verra qui votera. Je fais confiance pour dire qui votera contre.
– On suivra tout cela ici.
capture