logo Le moteur de recherche de la télé

Edition spéciale 14 juillet 2019


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 7h00 sur France 2

–  Oui, de Barkhane exactement.
– J. Bugier : Comment on vit ça? Partir en opération avec son fils?
– Je me suis fait beaucoup de soucis pour mon fils quand il partait au combat, cela durait plus de trois semaines... Etant donné qu'il ne peut pas rendre compte de sa mission avant le retour...
– J. Bugier: Et la maman se fait deux fois plus de souci?
– Plus pour le fils que pour le père! Maintenant que mon grand est à l'armée, mon épouse s'inquiète deux fois plus.
– J. Bugier : C'est un moment particulier, ce 14 juillet aux côtés de votre papa...
– Oui, et je suis fier de pouvoir défiler avec lui.
– J'ai 34 ans de services et c'est mon premier défilé. C'est un sacré moment. En plus, je défile avec mon fils dans le même véhicule.
– J. Bugier: Merci, je vous souhaite un très bon défilé. Marie-Sophie, vos premières impressions, comment ça s'est On a tout suivi depuis la montée dans l'avion... Comment ça va?
– M.-S. Lacarrau : Ça va très bien... On découvre le ciel, une petite mer de nuages, c'était fou, on va débriefer avec mon tandem... On est partis de quelle hauteur, à quelle vitesse?
– 2.400 mètres de hauteur, on a fait vingt secondes de chute libre, une vitesse de 210 km/h.
– M.-S. Lacarrau : On a plus la sensation de flotter que de chuter. Et le vol en voile a duré sept minutes... On a découvert tous les monuments de la capitale, c'était grandiose. Et ceux que vous avez vu sauter avec moi sont habitués aux théâtres d'opérations les plus difficiles... Mais vous n'aviez jamais fait ce saut... Un saut inédit. On va en rester là, merci à mon tandem...
– J. Bugier: Merci. Vous êtes en direct sur France 2 pour suivre avec nous cette journée J'ai pris place à bord de ce qui est un peu mon taxi sur les Champs-Elysées. Maintenant, deuxième épisode de notre immersion avec les soldats de l'opération Barkhane. Je vous emmène au plus près des combats, dans une zone de tous les
– 5h10 dans le centre du Mali, les artilleurs installent les canons, les gestes sont méthodiques. A la radio, l'ordre de tir est donné... Treize obus, tirés en quelques secondes.