logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 2h20 sur TF1

– Au château des Milandes, en Dordogne, l'opiniâtreté d'Angélique semble aussi porter ses fruits. La propriétaire a convaincu l'archéologue qui a découvert la crypte l'an passé de poursuivre ses recherches, financées Paf Angélique. Elle est persuadée qu'un autre caveau existe sous le sol.
– Vous mettez la main à la pâte ?
– Oui, je trouve ça passionnant. Je suis obligée parce que c'est trop excitant. On est dans l'histoire.
– Vous pensez pas trouver en pièces ?
– Non, j'y crois pas. Je crois pas à ça. Mais il y a un trésor patrimonial, C'est ça qui me plaît le plus.
– Un ossuaire, ce serait une belle découverte. Pour les anthropologues, ce serait un petit bonheur.
– Angélique est obsédée par sa chapelle et ses secrets. Elle a aussi convoqué une restauratrice des peintures murales. Celle-ci met au jour les pigments du XVIe siècle, sous l'oeil vigilant de Julia Richet, l'architecte du patrimoine.
– Les sondages montrent qu'on a énormément de vestiges et qu'on aura des scènes complètes. C'est un des meilleurs arguments pour le classement.
– Côté fouilles, les heures passent. En fin de journée, l'archéologue ne laisse plus guère d'espoir à Angélique.
– Clairement, ça ne sera pas un accès à une pièce souterraine. Je pense qu'on s'éloigne aussi de la fosse à inhumation. C'était une éventualité.
– Vous êtes déçue ?
– Oui, mais on n'a pas tout fouillé. J'ai toujours l'espoir.
– Vous continuez ?
– J'enlève. Je peux pas me dire qu'il y a rien, là. C'est vrai. Je renonce jamais. Tant que j'arrive pas à mes fins... Maman me l'a toujours dit. Je veux aller au bout des choses, pour pas avoir de regrets. Le jour où on commencera les travaux de restauration, il faudra pas regretter. "Mince, on n'a pas fouillé là." Non, ce sera trop tard. Elle soupire.
– Angélique est déçue. Le lendemain, elle oriente l'archéologue vers de nouvelles fouilles. Elle n'abandonne jamais. Et elle a raison. Depuis notre tournage, les chercheurs du CNRS ont mis au jour, dans la crypte, un vestige inestimable : un coeur en plomb, immédiatement transféré dans leur laboratoire de Bordeaux.