logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 2h20 sur TF1

– J'ai émis un son en claquant des mains. Et le son qui arrive sur ce pot va le faire résonner. J'essaie de trouver la bonne fréquence.
– Cette restitution, y tiennent beaucoup. Ils souhaitent créer ici un centre culturel axé sur la voix.
– Dans le village, c'était un élément essentiel. Les pots acoustiques, il fallait les refaire. Il faut pas caler et aller jusqu'au bout. On s'est pris de passion pour ce monument. Il faut le faire.
– Pour lui redonner vie, ils ont appelé à l'aide compagnons et artisans d'art de la région. Beaucoup sont venus bénévolement.
– Je vais tenir les plaques.
– On est partis de l'idée qu'on ferait pas des vitraux traditionnels, mais des vitraux modernes et abstraits. On a choisi quelqu'un dans nos prix, en début de carrière, talentueux.
– Des passionnés.
– Oui, ils font leur truc, ils veulent le réussir. C'est tout ce qu'ils veulent. Nous aussi. Donc ça va.
– Il faudrait donner plus de force. Pour l'ouest, c'est bien.
– On le force un peu. Je mettrai moins de bleu. Juste des touches.
– Pour l'heure, son épouse, Chantal, est contrariée. Elle voudrait se débarrasser au plus vite des échafaudages qui coûtent cher. 15 000E par an.
– Il faut que l'électricité soit posée en premier. Après, on pourra poser les enduits et enlever ces échafaudages ruineux pour nous et pour la DRAC qui nous subventionne.
– Mais les experts de la DRAC tardent à valider les devis.
– "Suspensions"... On leur propose ces devis d'électricité et d'un cou p, il y a un avis défavorable. Je suis très étonnée. Je prends mon téléphone et j'appelle le conservateur régional.
– Chantal Tétrel est pugnace. En 18 ans, elle a appris à faire des concessions pour atteindre son but.
– Les suspensions vous choquent. J'Y aVaÎS pas pensé. Je vais y remédier. Du coup, avec tous ces éléments, et je peux vous les écrire, allons-nous pouvoir commencer au plus vite ce projet d'électricité ? Ecoutez, j'écris tout ça. Merci infiniment. Bonne journée, monsieur. Au revoir.
– J'ai arraché mon arrêté. C'est bon. Mais nous allons devoir changer de suspensions. Bon, M. Masson est d'accord.