logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 2h20 sur TF1

– 22h, l'heure de dîner pour le personnel de bord. L'heure où certaines voitures ne sont plus accessibles.
– On ne peut pas voir les premières classes maintenant ?
– Non, c'est fermé maintenant,
– On peut retenter vers 6h demain matin.
– Oui, demain.
– Au lever du jour. On verra à quoi ça ressemble.
– Allez, on se voit demain, mon cher.
– Pas sûr que les 1res classes soient à la hauteur des exigences de Stéphane.
– (Bonne nuit.)
– Quand certains s'endorment, d'autres viennent de se réveiller.
– On voit les courbes qui se dirigent dans la vallée, les stries, c'est un beau cadeau. L'arrivée à Briançon est prévue dans une heure. Le train dessert 8 communes avant son terminus. *-Le train va entrer en gare...
– C'est le seul train qui désenclave les petits villages de la vallée. Sans le train de nuit, c'est très isolé. Y aurait pas grand-chose.
– C'est la survie de ces régions. C'est ça, le train. Le transport et les trains de nuit, C'est viscéral. Y a quelque chose comme ça. Un fort attachement à nos trains.
– Si le ministère des Transports a maintenu ces lignes nocturnes, c'est pour ne pas laisser tomber ces zones difficiles d'accès Chaque année, 400 000 passagers empruntent les trains de nuit en France. Mais dans les années 60, quand il y avait encore une quarantaine de lignes, la fréquentation battait des records. Notamment à Noël. *-Nous sommes au soir du 19 décembre, Petits et grands arrivent en rangs serrés en gare de Lyon, devenue le lieu le plus fréquenté et encombré de la capitale. 413 trains réguliers et supplémentaires. 262 600 voyageurs. Record battu ! Telle est la performance qu'a réalisée la région du sud-est durant les 5 jours de pointe précédant Noël, du 19 au 23 décembre 1962 exactement. Chaque soir, une cinquantaine de trains absorbaient les vagues de skieurs, et filaient à une cadence pouvant atteindre un départ toutes les 3 minutes.
– Aujourd'hui, il y a un départ parjour pour les 2 lignes restantes. 8h30 : arrivée à Briançon. Comme il n'y a pas de petit-déjeuner à bord, Estelle et Catherine vont le prendre dans un foyer réservé au personnel de la SNCF.
– Ça va faire du bien, un vrai petit-déj, un chocolat chaud...