logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le dimanche 14 juillet 2019 à 2h20 sur TF1

– Des personnages, vous en avez Je crois même qu'il y en a un qui chante.
– Je vois où vous allez m'amener. "Le sens de la fête", que j'ai adoré faire. Il chante en italien.
– Juillet 2017, Gilles Lellouche pousse la chansonnette dans le film d'Eric Toledano et Olivier Nakache "Le sens de la fête".
– 2 minutes, s'il vous plaît.
– Vous jouez un animateur-D] de soirées.
– Je joue un DJ-chanteur-animateur de mariages, qui a un gros ego.
– Qui a pas eu ce qu'il voulait dans la vie.
– Qui aurait rêvé de remplir Bercy, mais qui anime des mariages. J'ai adoré faire ce personnage. Y a quelque chose qui est extraordinairement touchant, c'est la foi en son métier. On remplit pas Bercy, mais le samedi soir, quand on chante devant des gens, quelle que soit la foule, nombreuse ou pas,
– C'est le même chemin.
– C'était génial de faire ce film.
– Votre personnage aurait aisément pu être l'un de vos héros dans "Le grand bain".
– Absolument. Une sorte de rêve non accompli, mais qui y croit encore. On parle du "Grand bain", donc.
– C'est parti. *-Ca, c'est mon Gilles !
– Ah oui. Oh là là, mon Dieu...
– Mai 2018, au festival de Cannes, Gilles Lellouche présente hors compétition le 1er film dont il est le seul aux commandes, "Le grand
– Quel accueil !
– Ouais. C'était exceptionnel.
– A la fin de la projection, l'équipe reçoit une ovation de 15 minutes. Une reconnaissance de ses pairs qui émeut le réalisateur.
– Je vous avoue que je m'attendais pas du tout à aller à Cannes. On n'a jamais fait ce film dans cette optique. Quand on m'a appelé pour me dire que j'étais en sélection officielle, j'étais évidemment fou de joie. Je pensais que c'était une blague, presque. Et passé cette joie, arrive la réalité : maintenant, il va falloir montrer ton film. J'ai eu très peur toute la journée. Cannes peut être une machine à détruire les films. D'autant plus que mon film étant une comédie, les comédies sont rarement les bienvenues à Cannes. Donc j'avais très peur. J'étais très joyeux, mais mort de trouille.
– Championnats du monde.
– Les gros lards, vous allez la faire sur quelle musique, votre chorégraphie ?