logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 20h00 sur TF1

– 10 O00 personnes ont déjà été évacuées, inquiètes pour leur habitation.
– On craint une catastrophe car depuis Katrina, la plupart des maisons sont des mobilhomes, pas des maisons en dur.
– A quelques kilomètres de là, ces chevaux coincés dans leur étable ont été évacués de justesse. ont é1leuracués de justesse. L'eau leur montaitjusqu'au cou, et comme elle continuait à monter, on n'a pas eu le choix. Il fallait les sortir j';l'intensité
– Plus que le vent, l'intensité des pluies est au coeur de toutes les angoisses. Car depuis mercredi, de violents orages s'abattent sur la région. Les sols sont gorgés d'eau, le Mississipi est en crue. pourraient dépasser 60cm. Pour la 1re fois, ces immenses barrières en acier ont été refermées pour tenter de protéger le centre de la Nouvelle-Orléans. Les habitants ont été sommés de se confiner. Dans les supermarchés, les rayons se vident à vue d'oeil.
– J'espère que cet ouragan va nous épargner, nous contourner. C'est Dieu qui décide. Je prie pour que ça se passe bien.
– Chacun garde en mémoire le souvenir de l'ouragan Katrina. Il y a 14 ans, il avait fait plus de A l'époque, 80% des digues de la Nouvelle-Orléans avaient cédé. Cette fois, les autorités l'assurent : elles tiendront.
– A.-C.Coudray : Ces dernières heures, les autorités avaient conseillé à des dizaines de milliers de personnes d'évacuer, mais dans cette région, beaucoup se souviennent des pillages après le passage de Katrina. D'autres n'ont tout simplement pas les moyens d'aller ailleurs. Des irréductibles qui sont calfeutrés chez eux.
– Les ordres d'évacuer ont bien été donnés depuis plusieurs jours. La police veille, mais ne peut rien imposer. Dans les bayous de Louisiane, ils sont nombreux à ne pas avoir habitants observent l'eau monter, fatalistes et bien décidés à rester sur place.
– Tout ça, c'est pour effrayer les Combien vont s'en aller? On est un paquet à ne pas partir. C'est notre terre, notre maison. payé un lourd tribut en 2005 avec l'ouragan Katrina. Des maisons encore défraîchies et des habitants aux revenus très modestes.