logo Le moteur de recherche de la télé

Crime en Lozère


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 22h30 sur France 3

capture
– Merci.
– Commandant Jansac, section de recherches de Rodez.
– Mes respects. Lieutenant Marchand.
– M. Valadier... Je vous en prie. M. Valadier ?
– Je suis là à cause de M. Sennac ?
– "A cause de", je ne dirais pas ça. Il avait des ennemis ?
– Peu de monde l'aimait ici.
– Pourquoi ?
– A cause de la jalousie. M. Sennac gagnait bien sa vie, ça déplaisait.
– Qui lui en voulait?
– Demandez-moi
– Qui ne lui en voulait pas ?
– Sa femme, ses enfants, moi et ses employés. Il était pas toujours bien commode, mais c'était un type droit.
– Vous soupçonnez Valadier ?
– Les nouvelles vont vite !
capture
– C'est une petite ville, surtout quand la justice intervient.
– A qui ai-je l'honneur ?
– Jean-Yves Lagarrigue, directeur du parc national des Cévennes.
– Je prends comme vous. Commandant Paul Jansac !
– Un thé, s'il vous plaît. Vous connaissiez M. Sennac ? Très généreux, très actif au niveau de la mairie. Un type plutôt bien.
– C'est pas l'avis de tout le monde.
– Mais de là à tuer quelqu'un... Bonjour.
– Voici les enquêteurs de Florac.
– Mademoiselle...
– Madame ! Béatrice est mon épouse. Elle travaille avec moi.
– On va voir les rapaces. Tu viens ?
– J'aimerais voir ça.
– On n'a pas le temps de faire du tourisme.
– Visitez le village, il est superbe.
– Mme le procureur ?
– "La" procureure !
– Violaine Valière. Je tiens le magasin de randonnées.
– Onyva ?
– Oui. Au revoir.
– Au plaisir.
– On n'a pas le temps pour ça non plus.
– Il a une superbe voiture.
– Et belle femme pour un homme aussi mûr. Ça ne vous choque pas ?
– J'aime les hommes mûrs.
– Je suis tranquille, on a le même âge.
– Je suis beaucoup plus jeune ! Je vous remercie. On peut aller voir la veuve de Sennac. D'accord.
– Sortez de mon côté. Ça aurait été plus simple. Cava? Bonjour. Elisabeth Richard et le commandant Jansac.
– Je suis le docteur Monteillet. Comme elle a des antécédents cardiaques, je suis très prudent. Vous pouvez lui parler, mais soyez brefs, elle est sous le choc. Suivez-moi.
– Voici la police.
– Toutes nos condoléances...
capture