logo Le moteur de recherche de la télé

Le pays de Sarlat (Périgord)

Les carnets de Julie


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 16h10 sur France 3

capture
– Les plus belles pierres étaient réservées aux murs, car les murs sont larges. Celles destinées aux toits étaient levées en galets de 5 à 10 cm de côté. au mètre carré de toit. On les faisait pentus pour que la pousse contre les murs soit la plus faible possible, et que les murs de la maison ne s'écroulent pas. A l'occasion de notre traditionnel repas de copains, on va apprendre à cuisiner une très vieille recette qui a pratiquement disparu, c'est la mique. Tout ça, ça va se passer au manoir des jardins d'Eyrignac. C'est vraiment un lieu extraordinaire, probablement l'un des jardins incontournables du Périgord. J'ai rendez-vous avec Patrick Sermadiras qui consacre sa vie aux jardins du manoir d'Eyrignac. De magnifiques sculptures végétales font de ce lieu l'un des fleurons de notre patrimoine. Il va m'offrir une visite privilégiée sur ce domaine de 200 ha. Nous débutons par l'allée des Charmes rebaptisée par Patrick "les Champs-Elysées du Périgord". Nous sommes sur vos terres, la propriété est dans la famille depuis quand ?
– Depuis 500 ans, 22 générations. Et la maison du XVIIe siècle, depuis 300 ans. Il y avait un château qui a brûlé, et ce manoir a été reconstruit avec des éléments de l'ancien château.
– Les jardins, eux, datent de quelle époque ?
capture
– Du XVIIIe. Ils ont été abandonnés au XIXe. Et au début du XXe, ils étaient très mal entretenus, mon père a voulu les restaurer, il n'y est pas arrivé. Il a tout rasé au bulldozer, et nous avons recommencé. J'avais 18 ans, je n'y connaissais pas grand-chose, on a tout fait ensemble. C'est l'oeuvre de mon père, je l'ai beaucoup aidé.
– C'est émouvant pour vous de pouvoir vous promener dans un jardin si abouti. Il faut 7 jardiniers paysagistes pour entretenir ces jardins. Ils sont ouverts au public et se visitent toute l'année, permettant de découvrir les extérieurs du manoir, sa chapelle, ou encore, ses écuries. Nous arrivons au potager.
– Oui, voici ma femme, Capucine. C'est elle qui a créé le potager et c'est elle qui s'en occupe.
– Chacun son jardin.
– Bonjour.
– On vous surprend en plein travail.
capture