logo Le moteur de recherche de la télé

Chenonceau

Côté jardins


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 15h15 sur France 3

capture
– à peine arrimé aux berges du Cher, comme si cette histoire était éphémère et qu'il fallait profiter de l'instant présent.
capture
– Chenonceau, c'est pourtant une histoire qui dure. Plus de 5 siècles que Thomas Bohier, financier du roi, et sa femme, Katherine Briçonnet, ont édifié ce bijou de la Renaissance, avant que François Ier n'en fasse l'acquisition. Même si au départ, Chenonceau n'est pas un château royal, il passera de nombreuses années dans des mains qui gravitent tout près du trône, des mains féminines qui donneront ses lettres de noblesse au monument. François Ier, plus attiré par la guerre que par la cour, s'en préoccupera peu. Il en fera don à son fils Henri II et c'est sa maîtresse, Diane de Poitiers, qui va lancer les grands travaux. Au premier corps de logis, flanqué de 4 tourelles à chaque angle, construit par Bohier et sa femme Katherine Briçonnet, Diane de Poitiers accole un pont qui enjambe le Cher.
Diane est sportive. Elle monte à cheval et surtout, pratique la chasse à courre. Le pont lui ouvre les portes de la forêt, pour qu'elle s'adonne à son sport favori. Femme influente, elle édifiera ensuite un jardin monumental, le parterre de Diane soutenu par d'immenses contreforts pour le protéger des inondations du Cher. Un ouvrage colossal qui a nécessité des années de travaux. Elle imagine une galerie couverte sur le pont, mais c'est la femme légitime d'Henri II, Catherine de Médicis, qui réalisera cette ultime transformation après avoir remercié Diane et récupéré le château. Chenonceau, c'est donc une histoire de femmes, le résultat d'une rivalité entre l'épouse et la maîtresse qui se défient pour ancrer leur passage dans cette demeure royale.
– Diane fait établir un jardin, "le parterre de Diane", sur la rive de la rivière qui se trouve ici. Catherine de Médicis, la propriétaire suivante, fera établir un autre jardin à l'aval, sur la même rive, et un jardin sur la rive opposée au débouché du pont et de la galerie. Le jardin à la Renaissance est une parure obligée d'une grande demeure et permet au propriétaire d'exprimer sa puissance.
capture