logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 12h55 sur France 3

capture
– A. Pasteur: Bonjour à tous, bienvenue sur France 3 pour vivre la suite de la 8e étape du Tour de France. 200 kilomètres aujourd'hui entre Mâcon et Saint-Etienne à travers les monts du Beaujolais... Une étape très difficile plus de 3.800 mètres de dénivelé... Cela équivaut à une étape de montagne dans les Alpes ou les Pyrénées. Mais nous n'y sommes pas, nous sommes dans le Beaujolais pour
capture
– F. Ferrand : Avec cette très jolie maison forte, magnifiquement entretenue... Au-dessus du porche, vous avez encore tout l'appareil défensif et les anciens passages pour le pont-levis. Evidemment que les fossés ont été comblés... C'est une demeure qui a été fréquentée au XXe siècle par un peintre célèbre, Maurice Utrillo.
– L. Jalabert : En tout cas, les tables sont en place pour le déjeuner! On est invités?
– A. Pasteur: Quatre minutes vingt d'avance pour les quatre hommes de De Marchi a pu intégrer cette échappée... On fait le point avec Thomas. Ont-ils pris leur rythme de croisière?
– T. Voeckler : C'est exactement ça! Ils ont une allure un peu plus modérée qu'au début. On s'attendait à voir une échappée avec au moins 7 ou 8 coureurs, voire davantage. Ce n'est pas un manque de volonté des coureurs du peloton mais il y avait sans doute trois ou quatre coureurs plus forts que les Ils ont roulé tellement vite au début à 3 puis à 4 qu'ils ont fait plier le peloton.
La seule solution pour venir sur eux, cela aurait été non pas des attaques disparates, comme on a pu le voir, mais que deux ou trois équipes s'organisent de manière collective en tête de peloton. Les échappés ont pris un peu d'écart, les voitures des directeurs sportifs sont maintenant derrière eux. Les routes sont tellement petites que des équipes ont eu la présence d'esprit d'envoyer des voitures en avant de la course, avant le
capture