logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

Journal 20h00


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 20h00 sur France 2

capture
– Pour récupérer de l'argent, les autorités grecques louent chaque mètre carré de sable à des hommes d'affaires. Comme Dimitri Christoforidis, qui paye environ 1 million d'euros par an pour exploiter cet endroit.
– Notre plage commence là où sont les arbres et va jusqu'au bout,
– Et sur cet espace, il fixe ses prix en toute liberté.
capture
– 200 euros pour un transat plus les consommations, ça fait entre 300 et 400 euros de plus.
– Ici, 10 euros la bouteille d'eau. Pour le vin, la bouteille la moins chère est à 170 euros. Et pour lui, rien de choquant.
– C'est une question d'offre et de demande. Pour le touriste moyen, oui, c'est cher mais les riches, à qui je m'adresse et parle tous les jours, me disent que ça reste 30% moins cher qu'ailleurs.
– Mais pour certains touristes, ces prix exorbitants sont tout simplement des arnaques et ils le font savoir. Révoltés, ils publient leurs tickets de caisse sur les réseaux sociaux: 836 euros ici pour six portions de calamars et quelques boissons, dont 18 euros pour un jus de tomate. Des images partagées des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, une publicité désastreuse. Alors, les autorités réagissent en ordonnant des jours de fermeture pour plusieurs restaurants, comme celui-ci accusé de tromper ses clients en n'affichant pas clairement ses prix. Et même si ces tarifs élevés n'ont souvent rien d'illégal, la responsable du tourisme à Mykonos menace ouvertement les restaurants qui abusent.
– On les appelle, on va sur place et parfois on mobilise la police pour avertir les touristes, leur dire de ne pas aller dans certains endroits.
– Car il y a urgence: pas question de tuer la poule aux oeufs d'or du tourisme, qui représente près de 20% du PIB du pays. Depuis le début de l'année, la fréquentation touristique en Grèce est en baisse, moins 50% par rapport à l'an dernier. Le pays pâtit notamment du retour en force d'autres destinations, comme l'Egypte ou la Turquie, qui proposent actuellement des tarifs plus attractifs.
capture