logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 7h00 sur France 2

–  S.Doraghi: Tout l'espoir du monde est contenu là-dedans et c'est valable pour le monde entier. On passe par ce monde rêvé, ensuite la ruée et cet eldorado qui nous montre que ce qui est fixe, qui reste palpable, c'est ce rêve inatteignable.
– Laurent Bignolas : Il y a une petite ville au Venezuela qui s'appelle Eldorado. Les gens continuent d'y chercher de l'or.
– S.Doraghi: Pourquoi Eldorado existe toujours? Parce qu'on n'y arrive jamais. C'est cette volonté d'essayer d'y arriver et ça fait écho à toute l'actualité: la crise migratoire, l'Europe. Vous donnez ces thèmes-là à des artistes contemporains extrêmement doués et ça donne plus de 50 expositions à travers toute la ville mais aussi à travers la métropole. Il y a 3 expositions bouleversantes. Ça se passe au Tripostal ou encore aux Maisons Folies mais là, nous nous sommes rendus au Tripostal. C'est extraordinaire.
– Eldorado, c'est le commencement d'un voyage.undefined
C'est l'histoire d'une quête, de migrations, de gens qui se déplacent pour un rêve d'un nouveau territoire, d'un monde qui n'existe pas. C'est ça qu'on aborde ici les artistes en général sont inspirées par les problématiques liés à la thématique Eldorado. Le rez-de-chaussée est dédié au monde rêvé avec plusieurs oeuvres qui traitent de la thématique du rêve. 1er étage, la conquête, la ruée, la migration sous son côté le plus dur et très actuel. Le dernier étage, les eldorados sans fin. Que nous réserve le futur? Des artistes qui traitent d'une problématique plus futuriste de l'eldorado. On a d'abord le rêve, avec les artistes Thukral et Tagra. La promesse d'un mariage heureux entre les Indiens du Pendjab et leurs femmes. Une vision toujours positive et négative de l'eldorado jusqu'ici. Les femmes restent au pays et les hommes arrivent sur les nouveaux continents et sur l'espoir d'une vie meilleure. On a les témoignages sur des télévisions, de femmes qui sont délaissées par leur mari après un mariage souvent arrangé. Les hublots avec ces maris fugitifs, on peut les appeler comme ça, qui fuient vers leur nouvel eldorado.