logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 7h00 sur France 2

–  L.Bignolas: Un joli trio vient de me rejoindre pour vous accompagner. Nous sommes avec Mélanie, Christelle et Loïc. On commence avec Christelle pour nous parler d'hypnose, mais sérieusement.
– C.Ballestrero: Très sérieusement. Il y a un véritable engouement autour de l'hypnose en ce moment. L'hypnose n'est pas une technique récente. Elle date du XVIIIe siècle. A l'époque, on ne savait pas comment ça marchait. On savait qu'on pouvait avoir des résultats avec cette science, mais on était incapable d'en mesurer les effets. Aujourd'hui, c'est différent grâce à des techniques d'imagerie très sophistiquées, d'imagerie du cerveau, on arrive à visualiser des zones du cerveau qui sont totalement différentes sous hypnose.
– Laurent Bignolas : On endort ces parties du cerveau?
– C.Ballestrero: Non. Certaines parties du cerveau sont plus activées sous hypnose alors que d'autres sont moins activées. L'hypnose est un état de conscience qui est modifié, entre sommeil et conscience. C'est différent et ça se voit dans la tête avec des imageries médicales. Aujourd'hui, grâce à ces validations scientifiques, l'hypnose arrive à l'hôpital. On peut faire certains actes chirurgicaux douloureux grâce a l'hypnose et diminuer les antalgiques. Au CHU de Lille, l'équipe du professeur Puech travaille sur des biopsies douloureuses de la prostate grâce à l'hypnose. Ce n'est pas de l'hypnose conversationnelle, il n'y a pas une personne qui vous parle, mais c'est un masque et des écouteurs. C'est très efficace. Application en images. *- Cette session a pour but d'orienter vos pensées et de vous apprendre à les apaiser.
– Tout est parti de la découverte d'un dispositif d'hypnose, composé d'un masque et d'un casque audio qui isole les patients. Quand le patient doit subir un geste qui est un peu douloureux ou désagréable comme des biopsies, on peut lui faire bénéficier de ce dispositif pour qu'il soit plus détendu et inversement, de notre côté, médicalement, on aura un patient qui sera moins tendu et on pourra faire le geste dans de bien meilleures conditions.