logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 1h35 sur TF1

– J'étais trop heureuse de partir.
– Mais Cécile n'était pas au bout de ses surprises. Rires
– Ah, enfin tranquilles !
– Ça a été dur de se débarrasser d'elle.
– Oui, oh... Elle est coriace, c'est ma fille.
– Tiens, au fait, j'ai trouvé cette croisière, ça va ?
– Parfait. Je vais en parler à mon boss, ça devrait passer. Tu l'as méritée, Tata Claude. Excellent boulot, merci.
– Je me suis bien amusée.
– Tu aimais faire la vieille gâteuse.
– Et pisseuse, aussi ! Ça va me manquer.
– Bah, pas à moi. Ma pauvre chérie, je m'en veux.
– Ça lui fera les dents.
– Je tombais des nues, elles étaient de mèche. Elles avaient tout fait pour que je parte. Et c'était ma mère qui avait ramené Tata Claude pour me mettre la misère. Pourquoi elle avait fait ça ?
– Le lendemain matin, Cécile avait fait semblant de partir et s'était cachée. Elle comptait avoir une réponse à ses questions.
– Mon chéri, enfin.
– Ces 10 derniers jours ont duré une éternité.
– Tu m'as trop manqué.
– Ma mère était avec Romain. J'avais compris : c'était pour ça qu'elle voulait que je dégage. Pourquoi elle me l'avait pas dit ? Pourquoi ces mensonges, ces manigances ? Elle allait pas échapper à un interrogatoire en règle.
– Brigitte et Romain ne savaient pas encore qu'ils étaient démasqués.
– Cécile !
– Pourquoi tu me l'as pas dit ? Dit quoi ?
– T'as inventé ce plan dingue plutôt que de me dire la vérité. Pourquoi ton copain s'était déguisé ? Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ?
– 3 mois.
– Ton père et toi étiez tellement proches que j'avais peur que tu le prennes mal. Romain est plus jeune, j'avais du mal à assumer. Je suis désolée, Cécile.
– Moi aussi, j'en ai peut-être fait un peu trop.
– C'était mon plan.
– J'étais prêt à tout pour voir ta mère. Il fallait que tu partes.
– Tu m'as fait vivre un enfer plutôt que de m'avouer une bonne nouvelle.
– C'est vrai, tu m'en veux pas ?
– Bien sûr que non. C'est génial que tu entames une seconde vie.
– Je suis contente que tu le prennes comme ça. Cécile m'avait soufflée. Elle était géniale, ma fille. Je l'adorais. Elle allait me manquer. J'allais enfin pouvoir vivre une histoire d'amour en toute liberté avec Romain.