logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 0h15 sur France 3

– Prise elle aussi dans une polémique pour avoir occupé un logement social, elle a été limogée il y a deux jours, sacrifiée selon elle... jointe par téléphone, elle revient sur les conditions de son renvoi. *- Il m'a téléphoné mercredi soir, je pensais qu'il téléphonait pour me soutenir dans un moment particulièrement violent et difficile, et en fait il souhaitait que je parte le plus vite possible, Ma tête ne lui coûtait rien.
– Fragilisé, François de Rugy répète qu'il ne démissionnera pas et qu'il remboursera chaque euro contesté.
– Cette affaire pose une nouvelle fois la question de l'utilisation de l'argent public dépensé par les élus de la République. Avantages, dépenses, instances de régulation et de contrôle... Quelles sont les règles?
– François de Rugy a-t-il enfreint les règles, et ces règles sont-elles insuffisantes? Première polémique, les frais de représentation du président de l'Assemblée nationale. On reproche à François de Rugy ses dîners somptuaires financés par l'argent public. Une enveloppe d'environ 400.000 euros par an est dévolue à ces dépenses, mais qu'en est-il du contrôle?
– Sur les frais de représentation, c'est mieux contrôlé que ça ne l'était par le passé?
– Non, ce n'est pas plus contrôlé, c'est l'un des problèmes. Ce sont des dotations, comme pour les frais de déplacement. On n'en contrôle pas l'usage, simplement on ne doit pas dépasser les crédits.
– Certaines ONG plaident ainsi pour que les prix des repas soient plafonnés et que les invités aient un lien avec la fonction parlementaire. Deuxième point, les logements de fonction des ministres. Les travaux à hauteur de 63.000 euros que François de Rugy a réalisés dans sa résidence du ministère sont-ils justifiés?
– Le principe des travaux, qui permettent de revaloriser le patrimoine, n'est pas choquant en soi. Il faut évidemment que la fréquence soit limitée, c'est-à-dire qu'il est hors de question de tout refaire à chaque fois qu'il y a un nouveau ministre. Il faut aussi vérifier que les travaux ne soient pas somptuaires, il faut un peu de règles, de contrôle, du bon sens.