logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 0h15 sur France 3

– On a eu des gens en 98, les supporters allemands qui étaient venus en France avaient fait des violences à Lens, les Anglais à Il y a un monde du foot qui a l'habitude de s'exprimer avec cette violence-là dans les victoires.
– S. Aramon : En 2001, lors d'un France/Algérie, l'hymne français est hué par les supporters algériens, on franchit un degré...
– F. d'Almeida : Oui, ça avait déclenché une grande polémique. Il y a eu aussi une phrase en 2012, un journaliste sportif s'était plein que sur la Canebière, il y avait trop de drapeaux algériens... était un rejet absolu de la France, or à mon avis ce n'est pas exactement cela. Sur le sifflet, ça pose le problème de la loyauté, puisque c'était un match France/Algérie. Aujourd'hui, c'est une liesse qui a des identités secondaires, c'est-à-dire qu'au fond, le footbaIl qu'on croit être le grand sport mondialisé, avec ces clubs qui ont des supporters partout dans le monde, on se rend compte tout d'un coup qu'il y a aussi toujours de l'identité locale, territoriale et nationale.
– S. Aramon : Et vous dites que le foot est un outil d'intégration...
– F. d'Almeida : Oui, les clubs ont permis justement à des générations D'ailleurs, des clubs très populaires comme Lens, on a vu des générations de mineurs, Saint-Etienne pareil, des générations d'ouvriers. On voit que ça peut servir de vecteur d'entrée.
– S. Aramon :Violences verbales et physiques dans les tribunes et sur le terrain... Pour quelles raisons, le footbaIl cristallise-t-il ces dérives?
– F. d'Almeida : Depuis très longtemps, depuis l'origine du Il y avait deux méthodes de football, le brutal et le poli... Et puis il faut quand même le dire, le footbaIl c'est l'évacuation de la virilité, comme on l'avait dans le nationalisme, c'étaient les patries, les footballeurs se définissaient par communautées, par rejet de l'autre. On rejetait toutes les différences de villes et les différences locales, les différences religieuses... Il faut souvenir qu'on s'est bagarré entre catholiques et protestants par exemple sur les terrains de foot en Angleterre.