logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 0h15 sur France 3

– 74 personnes interpellées, 20 policiers blessés, une femme fête a tourné au drame. On en parle dans un instant avec notre invité, mais avant cela, les
– Des traces de freinage jusque sur le trottoir. Le conducteur a perdu le contrôle, tuant une mère de famille et blessant grièvement son bébé. Il était 22h30 hier soir. A Montpellier, les supporters de l'Algérie célébraient la victoire sur la place de la Comédie et dans le quartier de la Mosson, c'est là, dans cette atmosphère de liesse, que l'accident s'est produit. Ce riverain était l'un des premiers sur les lieux.
– On a vu les pompiers. Je ne trouve pas encore les mots. On a vu le corps qui était là, recouvert d'un drap.
– Le conducteur franco-marocain de 21 ans est en garde à vue. Il aurait reconnu qu'il participait aux festivités. A Lyon, les débordements ont été nombreux. Ici, des supporters forcent les grilles d'un manège, 15.000 euros de dégâts selon le propriétaire. Tout avait pourtant commencé dans la joie, 3.000 personnes à Paris sur les Champs-Elysées, avant de virer à l'affrontement avec les forces de l'ordre.
– Il y a du caillassage, ça gâche la fête. Nous, on est venus faire la fête et ça s'en prend aux forces de l'ordre sans raison.
– Derrière l'Arc de Triomphe, avenue de la Grande-Armée, 5 commerces ont été pillés ou vandalisés. 73 personnes placées en garde à vue dans la capitale. Le foot, ça n'est pas attaquer les forces de l'ordre, attaquer des devantures de magasins. C'est totalement inacceptable.
– Le ministre de l'Intérieur annonce un dispositif de sécurité renforcé ce week-end. Dimanche soir, les festivités du 14 juillet se termineront en même temps que le prochain match de l'Algérie.
– Pour éviter de nouveaux incidents, la sécurité sera renforcée ce week-end à Paris. 2.500 policiers seront déployés dès samedi soir dans la capitale pour encadrer les festivités de la fête nationale et les demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations. Bonsoir Fabrice d'Almeida. Vous êtes historien, merci d'avoir accepté notre invitation pour faire un pas de côté afin d'analyser cette actualité qui défraie la chronique.