logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le samedi 13 juillet 2019 à 1h25 sur France 2

– Stéphanie: Il n'a pas répondu. J'ai envoyé un mail. Je ne voulais pas passer à côté. Il m'a répondu par mail. Il m'a dit: "Vous pouvez venir la voir. Laissez-moi 2 ou 3 heures le temps que je range un peu." J'y suis allée avec ma fille, mon gendre et mon gamin. Tout de suite, je me suis dit que c'était parfait, c'était ce que je voulais.
– Félix Bollaert : Coup de coeur pour la maison.
– Stéphanie: Carrément, mais pas pour lui. Je venais voir une maison.
– Félix Bollaert : Vous n'étiez pas formatée pour rencontrer quelqu'un. Vous veniez de vous séparer, ce n'était pas la priorité.
– Félix Bollaert : Vous ne l'avez même pas vu?
– Stéphanie: On a discuté de la maison.
– Félix Bollaert : Vous ne vous êtes pas dit "il est séduisant"? Rien du tout?
– Stéphanie: Non. C'est plutôt ma fille, en partant, qui m'a dit: "Il est mignon."
– Félix Bollaert : Vous étiez là pour acheter une maison.
– Stéphanie: J'étais contente d'avoir trouvé.
– Félix Bollaert : Vous avez fait une offre tout de suite?
– Stéphanie: Je n'ai pas négocié. C'était un dimanche. Dès que le notaire ouvrait, je prendrais rendez-vous et on irait signer.
– Félix Bollaert : C'est ce que vous avez fait?
– Stéphanie: Une semaine après.
– Félix Bollaert : C'était quoi, comme date?
– Stéphanie: Le 14 février.
– Félix Bollaert : J'adore! Christèle, dans le genre acte manqué, quand même...
– Stéphanie: Par hasard!
– Félix Bollaert : Vous avez rendez-vous chez le notaire le 14 février. Vous vous en fichez toujours?
– Stéphanie: Je ne connais pas sa situation personnelle. On se vouvoyait.
– Félix Bollaert : Pourquoi il vendait sa maison?
– Stéphanie: Il était séparé depuis 2 ans aussi.
– Félix Bollaert : Il voulait redémarrer "une autre histoire", comme dirait Gérard Blanc?
– Stéphanie: Oui. Lui avait trouvé une maison en location, donc il vendait. On a signé chez le notaire En sortant, il me dit: "Vous voulez que je vous paye un café?" J'ai dit "pourquoi pas". Je lui ai dit: "On va se tutoyer, on a le même âge." On a discuté. Je n'avais toujours pas d'arrière-pensées. On est restés peut-être une heure au café.
– Félix Bollaert : Et lui? Coup de coeur?
– Stéphanie: Il paraît, mais je ne savais pas.