logo Le moteur de recherche de la télé

Dalida, la femme qui rêvait d'une autre scène


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 21h05 sur France 3

capture
– Elle dit "Je préfère devenir aveugle". Et souffrir en permanence, c'est pas rien.
– Elle disait "Ma croix, ce sont les yeux. "Toute ma vie, j'ai souffert avec ce problème."
– Symboliquement, c'est incroyable, quand on a cherché la lumière toute sa vie, de ne pas la supporter.
capture
– Son entourage le constate avec tristesse et angoisse, Dalida va de plus en plus mal.
– Je pense qu'elle était épuisée. La dépression par épuisement, ça existe. Elle avait travaillé énormément toute sa vie, or elle ne pouvait pas se reposer, car elle se sentait déchirée et qu'elle écrivait dans son journal que le moment où elle était sur scène, devant son public, était le seul moment où elle avait le sentiment qu'elle s'unifiait. Sinon, elle avait ce sentiment constant d'être déchirée.
– Elle avait perdu l'habitude d'être Iolanda, sa vie de femme avait été tellement reléguée au second plan, ses histoires, ses hommes étaient liés au personnage de Dalida. Dalida a pris la place, elle n'existait plus que par Dalida.
– Vieillir, pour une artiste de music-hall, c'est un problème ?
– Peut-être que ça l'est plus que pour un acteur de cinéma ou de théâtre. Parce que... Arrivée à un certain âge, une femme ne peut plus chanter des chansons d'amour comme quand elle est jeune, on la croit plus. Les acteurs et les actrices peuvent changer de rôle avec leur âge. Dans le music-hall, oui, l'âge, c'est quelque chose d'important. Elle parle arabe.
– Dalida ne peut remonter le temps,
capture