logo Le moteur de recherche de la télé

Dalida, la femme qui rêvait d'une autre scène


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 21h05 sur France 3

capture
– C'est plus qu'une évolution.
– Ses métamorphoses, c'est la preuve que Dalida, c'est pas Iolanda. C'est une création, comme un peintre qui aura ses périodes et ses sujets de prédilection. Elle compose, elle fabrique. L'évolution et les métamorphoses de Dalida suivent aussi l'évolution de Iolanda.
– Elle dit: "Maintenant, je suis comme ça" et on la suit forcément. La chanson devient un vêtement et quand elle chante, elle se réapproprie les paroles dans son corps. we're in the money. We've got a lot of what it takes to get along.
capture
– Quand on lui demandait "Qui es-tu, Dalida ?", elle répondait ainsi : "Je suis un parlement. Il y a en moi tellement d'êtres différents, "qu'on n'arrive pas à les mettre en accord. Il faut les accepter tous."
– Come on now honey !
– C'était un concept, finalement, Dalida. Qui reposait sur un répertoire très fort, qui a navigué dans plusieurs styles et elle a su utiliser sa personnalité multiple à des fins artistiques.
– That smaIl piece of paper sure carries a lot of weight for that mean, oh mean, mean greed.
– C'était la pionnière des shows à l'américaine. Dalida débarquait sur scène avec 12 changements de costumes dans un spectacle, avec 30 musiciens, 12 danseurs, ses boys qui la suivaient, elle avait des tenues hallucinantes. Elle était vraiment l'incarnation du show qui faisait rêver la génération de l'époque et qui épatait ceux qui l'avaient connue dans les années 50 où elle apparaissait figée, en chanteuse exotique. Ah, c'est sûr, en 25 ans de carrière, Dalida avait changé.
– A un moment, on s'est posé la question : "Dalida a eu tellement "de récompenses, on lui remet quoi pour les 25 ans de carrière ?" Orlando a eu l'idée du disque de diamant. Ce disque n'existait pas avant.
capture