logo Le moteur de recherche de la télé

Dalida, la femme qui rêvait d'une autre scène


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 21h05 sur France 3

capture
– Il y a une profondeur de sa voix qui la dépasse, comme si elle avait couru pour être à la hauteur de sa voix, qu'elle avait eu une voix qui l'aimantait, comme un double d'elle-même. Ses chansons, c'était aussi un cri. Cette fragilité qu'elle avait en elle, même si c'était des chansons joyeuses, il y avait cette demande invisible sous les mots, sous son corps, une chose d'impalpable. Dans chaque chanson, c'est peut-être "Sauvez-moi, aidez-moi à Vivre"-
– C'est sa période madone. Elle va tout à fait changer de look, porter des grandes robes blanches simples, blondir ses cheveux. Elle a des coiffures simples, elle est moins maquillée. Elle chante des chansons plus dépouillées.
– Elle s'aimait mieux comme ça que Dalida d'avant. C'est un grand pas, de faire que Iolanda aime mieux Dalida, c'était important.
– Vous chantez des chansons à texte. Avant, c'était sans texte ? Elle rit.
capture
– Vous m'avez très bien comprise, vous faites un jeu de mots. Il y avait un texte. Il y a des textes qui tiennent debout, et d'autres qui sont plus faibles. maintenant, le texte a une raison d'exister.
– Pour la soutenir dans cette voie, elle avait de précieux alliés, ses frères et surtout le plus jeune, Bruno, chanteur lui aussi, qui avait pris comme pseudonyme le prénom de l'aîné, Orlando, comme si chez les Gigliotti, les prénoms des êtres aimés étaient interchangeables. Elle chante en espagnol. Tu aimes ça, Bruno ?
– Il n'y avait pas assez de niveau.
– Ma non è bene. Je vais le refaire.
– Orlando a eu l'humilité, ça a dû être très dur pour lui, de mettre sa carrière en stand-by, en retrait, pour se consacrer à sa soeur. Elle chante en japonais.
– Orlando est la pièce maîtresse de la gestion de la carrière de Dalida, c'est celui qui va lui permettre de ne jamais tomber dans la ringardise ou dans l'oubli. Il va lui permettre de rester au top tout au long de sa carrière. "Gigi l'amoroso" en japonais.
– Ça allait jusque-là ?
– C'était une relation, sur le plan affectif, totalement fraternelle comme on pourrait l'idéaliser. Il lui a apporté une chose énorme sur le plan professionnel: les compétences et la confiance.
capture