logo Le moteur de recherche de la télé

Dalida, la femme qui rêvait d'une autre scène


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 21h05 sur France 3

capture
– Le public vient à elle, car elle est sincère.
– Les gens ne pensaient pas que Dalida pouvait chanter du Ferré. Mais moi qui avais eu une révolution intérieure, j'avais envie de chanter ce genre de chanson. Je me disais "Est-ce que le public acceptera ? "Est-ce que je pourrai le faire passer ?" Je pense y être arrivée. Et mon plus grand plaisir, c'est que mon public, il a évolué et un autre public s'est greffé. Je ne fume plus. Je n'ai même plus d'histoires, je suis laide sans toi. Je suis comme un orphelin dans un dortoir.
– Dali m'appelle : "Serge, tu as une chanson extraordinaire, je la veux" Je lui dis : "Oui, les chansons sont faites pour être chantées". A une époque, les succès étaient chantés par 10, 15 stars.
capture
– Je suis fatiguée, je suis épuisée de faire semblant d'être heureuse quand ils sont là. Je bois toutes les nuits, mais tous les whiskies...
– C'est elle qui en a fait un tube, c'est sa chanson, pour moi. Chaque fois que je l'ai vue la chanter, c'est ce qu'elle avait envie de dire, 3 fois plus que moi.
– Je suis malade. Complètement malade.
– Elle la chantait pas du tout comme moi. C'était une déchirure, elle donnait pas le même physique, c'est le physique de l'âme.
– Quand elle chante "Je suis malade", on a envie de la prendre dans les bras, de pleurer avec elle et après, elle peut sourire, être une autre, mais le temps de la chanson, elle a été au bout de sa souffrance, elle l'a exprimée. Elle est, elle devient la chanson. Et des paroles qu'elle n'a pas écrites elle-même, elle les dit avec une telle vérité, qu'on croit que c'est sa vérité.
– Et qu'elle me laissait seule avec mon désespoir ! C'est ça, je suis malade ! Tu m'as vidée de tous mes mots. Et j'ai le coeur complètement malade ! Cerné de barricades ! Je suis malade !
capture