logo Le moteur de recherche de la télé

Dalida, la femme qui rêvait d'une autre scène


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 21h05 sur France 3

capture
– "Avec le métier que je fais, "qui s'attachera à moi pour de bon ?", dit-elle en interview, ajoutant, après avoir chanté en concert et pensé mourir étouffée par la foule : "Le succès a parfois quelque chose de terrifiant".
– Ouvrez ! Ouvrez !
– J'ai toujours un peu peur dans la foule, mais pas pour moi. Je leur dis "Attention à vos mains". Dans la voiture, ils mettent leurs mains pour prendre des photos, ça peut arriver, un accident. Je passe ma vie dans la foule à dire "Attention".
– Dalida, elle ouvrait la porte le matin, elle retrouvait des gens assis par terre. Ils voulaient être les premiers à l'accueillir. Des gens avaient pris un travail à mi-temps pour la suivre. Des gens ne prenaient leurs vacances que par week-ends, dans l'année, pour la suivre dans les galas.
capture
– Les mères téléphonaient et disaient "Dites à ma fille qu'elle rentre à la maison". C'était dément. Les gens restaient du matin au soir.
– Dalida savait apaiser tous ces excès. Une fille était là, tous les jours, elle avait raté à deux reprises son bac. Dalida, un jour, lui a dit en face: "Je sais que tu m'aimes, je sais que c'est indispensable pour toi, "mais tu dois réussir ton bac. Alors, tu vas cesser de me suivre." Elle a réussi son bac et Dalida en était toute fière.
– Parfois, Dalida, vraiment, elle se sentait pas épiée, mais ils attendaient qu'elle sorte avec sa petite Austin, ils attendaient pour la voir revenir à la maison, c'est touchant, mais parfois, c'était un peu trop.
– Dans cette maison de la rue d'Orchampt, qui deviendra son havre historique, le confort et le service sont ceux d'un grand hôtel.
– Elle avait une passion pour cette maison, elle l'appelait sa "chaussette". C'est une coquille. C'était sa carapace, c'était elle.
– Et puis, au début du mois d'octobre 1966, alors qu'elle pense qu'elle ne remettra plus ses clés à quiconque, se produit une improbable rencontre avec un jeune chanteur italien, Luigi Tenco.
– Si, lo so che questa non è certo la vita. Che ho sognato un giorno... Per noi.
– Ses chansons sont belles, il est en avance sur son époque, il n'est pas fait pour un grand public, Tenco serait le Bob Dylan italien, des chanteurs à la voix rauque, qui chantent des chansons à texte, contestataires.
capture