logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

19/20 : Journal national


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 19h30 sur France 3

capture
– Le Griffon, dernier véhicule high-tech s'adapte à la guerre 2.0.
– L'un des bâtiments historiques du haras national de Saint-Lô, dans la Manche, a été ravagé par un incendie la nuit dernière. Sa charpente de bois a été entièrement calcinée mais les chevaux ont été épargnés. Apparemment, le feu aurait pris dans les fourrages entreposés dans ce bâtiment. Une enquête est ouverte. C'était un premier rapport très attendu par les parents de ceux que l'on appelle "les enfants sans bras". Un comité d'experts a rendu aujourd'hui au ministère de la Santé ses premières conclusions qui ont déçu les familles...
– Comme trois autres enfants du Morbihan, Lola est atteinte d'agénésie transverse. Le département va faire l'objet d'une enquête environnementale pour en déterminer l'origine mais ce n'est pas que le cas de toutes les régions, une injustice pour la mère de famille.
capture
– En tant que maman, pour mes enfants, les autres enfants, on n'en restera pas là, on continuera à se battre et s'il faut aller plus loin, on ira plus loin.
– Entre 2007 et 2014, 15 cas posent question, à chaque fois dans un petit périmètre. Quatre enfants dans le Morbihan, trois en Loire-Atlantique et huit dans l'Ain. C'est ici que vit la famille de Louis, né sans main droite. Alors, pour ses parents, ne pas enquêter dans le département, c'est inacceptable.
– J'attendais surtout qu'il y ait une enquête de terrain car sans, on ne pourra jamais savoir. Je ne comprends pas, on est huit sur un périmètre restreint de 17 kilomètres et pour eux n'est pas un excès de cas.
– Le nombre d'enfants concernés par des agénésies est l'un des points de crispation entre le comité scientifique et les familles.
– Guidel, c'est trois cas, 18 mois, dans le même village. L'Ain, c'était finalement que six cas sur une très longue période dans six communes différentes, dont certaines sont assez éloignées.
– Pour les experts, le nombre de malformations dans l'Ain, n'est donc pas anormal. Une décision que contestent les familles. Accompagnées de scientifiques indépendants, elles comptent bien mener leurs propres investigations.
capture