logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 12h55 sur France 3

capture
–  N.Geay: Pour fermer la parenthèse de l'équipe espoir Crédit Agricole, il y avait L.Marie comme directeur sportif. On rejoint T.Adam à l'arrière.
– Thierry Adam : C'était un ravitaillement où certains ont mis pied à terre. La route n'était pas extrêmement large. Ravitaillement aussi dans une partie montante. Nouveauté cette année: désormais, il y a des panneaux "Interdiction de stationner".
Personne dans la zone ne peut stationner sur le bord de la route. Il y a des spécialistes de la récupération en tous genres, des bidons, des musettes, des tas de choses que les coureurs peuvent lâcher. Beaucoup de gens se mettaient dans les zones de ravitaillement. On a interdit sur toute la zone que les véhicules puissent se garer. C'est une excellente chose. Ça simplifie le travail des assistants. Et ça fait du monde! Vous prenez le nombre d'équipes et vous multipliez par 2, ça fait du monde sur la route.
capture
– Ljalabert: Nous sommes un peu après. On voit les coureurs jeter les musettes. Ils font le choix de prendre ce qui les intéresse dans les musettes. Ça fait beaucoup de détritus sur la route, mais les spectateurs les ramassent. Les motos récupèrent les déchets derrière. On laisse l'emplacement impeccable après le passage du Tour.
– Marion Rousse : On a vu N.Roche bien au sein du peloton. Il a fait son retour après sa chute.
– Nicolas Geay : On va l'écouter. Il était au départ ce matin. Il expliquait à R.Gaudin comment essayer de récupérer après une étape comme celle d'hier.
– Nicolas Roche : Pour nous, c'était une journée différente, hier. Il fallait rendre l'étape la plus facile possible. Dès que la vitesse a augmenté dans la descente du Ballon d'Alsace, on s'est tous relevés pour être dans le gruppetto.
L'équipe a 2 objectifs. Ça a été une journée difficile, mais moins difficile pour nous que ceux qui ont fait la dernière ascension. On a vu les visages marqués sur les photos. C'est une des ascensions les plus difficiles sur le Tour. Hier, pour être mieux aujourd'hui, il fallait aller moins vite, garder des forces. Michael est encore confiant dans son sprint.
capture