logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 12h55 sur France 3

capture
–  L'entraînement en altitude, c'est que l'équipe emmène les coureurs dans un endroit pour avoir accès à tous les meilleurs outils de récupération. Cette année, on a fait un stage
– On dort à 2300 m d'altitude, il me semble, en Sierra Nevada. Les 1ers jours, tu ne fais pas de très longues sorties et peu de dénivelé. Au fil des jours, quand tu t'acclimates, tu peux faire plus long et ajouter du dénivelé, avoir l'hypoxie comme en altitude et stresser un peu l'organisme.
– Depuis quelques années, c'est devenu normal de faire des camps d'entraînement en altitude. Toutes les équipes s'y sont mises. Ça fait du bien avant le Tour de France. On reste 2 semaines et demie concentrés sur l'entraînement, la récupération et la diététique.
capture
– Il n'y a rien à faire. Tu fais ton métier à 120 %. Ça te permet d'affiner les réglages, de passer un palier. Toutes les années où j'ai fait ce stage en altitude, j'en suis ressorti bien plus fort.
– Parfois, ça peut être ennuyeux. Mais on sait que ça peut être bénéfique. Ça fait partie des choses qu'on doit faire, en termes de sacrifice, dans le cyclisme, être souvent loin de chez soi.
– Nicolas Geay : "Parfois, c'est ennuyeux." Marion, vous connaissez bien la Sierra Nevada. Ça porte ses fruits.
– Marion Rousse : C'est vrai. C'est un peu long. C'est un établissement situé à plus de 2300 m d'altitude, réservé aux sportifs de haut niveau. Il n'y a pas que des cyclistes. Quand vous entrez dans ce complexe, toutes les infrastructures vous aident à faire votre métier à 100 %, mais il n'y a pas de distractions à côté. Pour être performants, certains coureurs y vont depuis de nombreuses années.
– Nicolas Geay : C'est une vie d'ascète, là-haut. Il y a aussi le volcan Teide à Tenerife, à peu près à la latitude de la Mauritanie. Un mot sur les apports et les raisons de faire ce genre de stage en altitude, Laurent?
– Ljalabert: Je ne suis pas spécialement calé sur le sujet, mais déjà, il n'y a rien d'autre à faire. Tu ne te disperses pas. Tu es focus sur ta préparation. Tous les éléments sont là pour te permettre de travailler ce coup de pédale particulier nécessaire pour la montagne.
capture