logo Le moteur de recherche de la télé

BMX


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 10h10 sur France 3

capture
– F.Vettoretti: Oui, on se connaît bien. J'ai toujours un fond de pensée par rapport à la vie personnelle, qui tient une place prépondérante dans la vie d'un athlète de haut niveau. Qu'est-ce que ça a changé pour toi? Est-ce que c'est idem? C'est plus difficile de partir de la maison? Quand tu roules, est-ce que tu réfléchis un peu plus dans ta manière de rouler ou d'attaquer?
– Julia Daudet : C'était un peu difficile, au début, de partir, d'aller à l'entraînement.
Un 1er enfant, c'est exceptionnel. On est content. C'était compliqué et de trouver la motivation pour partir de la maison. J'ai réussi à trouver le juste milieu. J'ai la chance d'avoir une femme qui connaît le BMX et le haut niveau. Elle m'aide vachement et elle me permet de pouvoir partir pour faire mon sport qui est aussi mon métier. Tout se passe bien. Il y a forcément des réglages.
capture
– Christian Choupin : A 28 ans, dans ce sport extrême, est-ce que tu as un peu des crampes dans la tête ou dans le corps? Comment ça se passe à ce niveau-là dans ta carrière?
– Julia Daudet : Tout va bien.
J'ai eu la chance de faire attention à mon corps et de ne pas avoir trop de blessures. J'ai 28 ans, mais je me sens encore superjeune. Quand je viens ici pour rouler avec les jeunes, ça me remet dans le truc. Ça me permet de me sentirjeune, de reprendre du plaisir à être en France.
– Christian Choupin : Dernière question. Est-ce que tu as un petit sentiment, non pas de vengeance, mais de vouloir performer aux J0? Tu as été demi-finaliste à Londres. Tu es sorti en quart avec une chute... A Tokyo, on devrait avoir une belle piste. C'est un peu l'année ou jamais.
– Julia Daudet : L'année ou jamais. C'est le seul truc qui me manque. Ça me fait rêver. Les 2 premiers ne m'ont pas permis d'atteindre l'objectif. Je me focalise là-dessus. On verra comment ça se passe. J'espère que ça se passera bien.
capture