logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 15h00 sur France 2

capture
– Vous avez une scène inoubliable. C'est un endroit majeur de la vie du vignoble bourguignon. Cette année, la vente des hospices de Beaune aura lieu du 15 au 17 novembre.
– Marion Rousse : Le maillot jaune G.Ciccone vient de prolonger son contrat avec la Trek
– Nicolas Geay : Vous êtes au courant de tout.
– Ljalabert: C'est fait. Ils l'ont verrouillé! Il ne peut plus bouger! Il ne va pas être embêté par les sollicitations. Il peut se concentrer sur le vélo. L'écart est remonté. On a parlé dans les oreillettes. Ça revenait trop vite. Du coup, on a levé un peu le pied en tête du peloton, pour les 3 hommes qui roulent. Il roule déjà depuis 180 km.
– Nicolas Geay : Pourquoi ça revenait trop vite? Que voulez-vous dire par là?
capture
– Ljalabert: L'écart se réduisait rapidement et sans intérêt. S'il y a un rapproché, si le peloton revient trop près, ça va inciter quelqu'un à faire un saut de puce pour relancer l'échappée. Ce n'est pas la même chose de partir à l'assaut en partant du kilomètre zéro et d'attaquer en partant à 60 km de l'arrivée alors qu'on n'a pas mis un coup de pédale de la journée. Le peloton se rapprochait trop dangereusement des hommes de tête. C'est la raison pour laquelle ils ont levé un peu le pied. Ce n'est pas nécessaire de se mettre en danger.
– Nicolas Geay : Derrière... C'est un virage... On a cru qu'il y avait une vague et que ça attaquait.
– Ljalabert: On avait l'impression que le peloton serpentait. C'est la relance.
– Nicolas Geay : Je me suis fait avoir. T.Pinot est toujours serein. Marion?
– Marion Rousse : On a aussi vu M.Cort Nielsen dans la roue de T.Pinot. On était inquiets pour lui. Il est tombé. Il s'est fracturé un doigt. Tout va bien pour le Danois. Les frères Yates.
– Nicolas Geay : S.Yates est décevant.
– Ljalabert: Je me demande même ce qu'il fait là. Je ne sais pas à quel moment il va aider son frère.
– Marion Rousse : M.Valgren est en dernière position.
– Nicolas Geay : Le peloton est en file indienne. Thierry?
– Thierry Adam : Il se reconstitue. C'est pour ça que vous avez parfois des coureurs à l'arrière. On a tourné à droite sur une route beaucoup plus large.
capture