logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 15h00 sur France 2

capture
– Aujourd'hui, on voit tout. A cette époque, beaucoup de choses étaient secrètes car elles n'étaient pas visibles.
– Nicolas Geay : L.Ocana était accompagné du papa de C.Vasseur, si je ne dis pas de bêtises, et de J.Schleck. L'écart est en train de se réduire. On est autour des 2 minutes. Thomas, à l'avant, ça continue à rouler de façon efficace. On a vu beaucoup S.Rossetto et Y.Offredo discuter entre eux. Vous savez de quoi ils parlaient?
– Thomas Voeckler : D'ordinaire, je vous répondrais qu'ils parlent de la façon de pédaler, du moment de l'accélération...
Ils se connaissent bien. Ils peuvent parler d'autre chose que d'écart avec le peloton. Ils s'entendent bien. Tout à l'heure, S.Rossetto s'est arrêté pour satisfaire un besoin naturel, tout en roulant. Il est assez acrobate. Il fait les deux en même temps. Y.Offredo a fait semblant de l'attaquer en se mettant en danseuse. L'ambiance est à la bonne humeur en tête de course. Ils commencent à sentir l'odeur de l'arrivée. Ce n'est pas pour leur déplaire. Ils ont fait une longue journée.
capture
– Ljalabert: Ils sont devant Ça commence à faire. Ils ne sont pas encore rendus. L'avance s'est réduite. Plus que 2 minutes. Au moment où il faudra accélérer, ça va être compliqué.
– Nicolas Geay : Pourquoi certains coureurs ne partiraient pas? L'écart peut être bouché assez rapidement. Pour eux, il y aura un sprint?
– Ljalabert: C'est ce qu'ils croient.
Je n'y crois pas une seconde. A. Fonseca roulait petit plateau et avait fait la journée comme les 2 garçons A quelques kilomètres de l'arrivée, on l'avait rejoint et on avait assisté à une partie de manivelle impressionnante. C'est une journée où on peut récupérer. Les sprinteurs vont forcer à la fin pour être devant avec leurs coéquipiers. Comme les chances de réussite on ne pense même pas à tenter le coup.
– Marion Rousse : Surtout, on a usé les mêmes 3 hommes depuis le début de l'étape. Il reste des garçons frais dans le peloton. S'il y avait une offensive, il y aurait du renfort en tête de peloton.
– Nicolas Geay : Thomas?
– Thomas Voeckler : C'est un cap particulier.
capture