logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 15h00 sur France 2

capture
– Ensuite, on le met dans des petites bouteilles C'est ce qu'il reste d'un litre de vin au bout de 6 ans.
– Nicolas Geay : On parlait de La Planche des Belles Filles. Je vous propose de revivre le final de cette montée désormais mythique. C'est en caméra embarquée.
– C'est parti! Encouragements du public. Acclamations.
capture
– Pourquoi?
– Franck Ferrand : Nous sortons d'Arbois, cette petite ville au très riche patrimoine historique, avec notamment son église Saint-Just. Son symbole, c'est le pélican, qui nourrit ses petits en se perçant le coeur, et le coeur de la ville, c'est la statue de Louis Pasteur. Il est arrivé là quand il avait 5 ans. Son père a une tannerie. Il revient dans cette ville en vacances. C'est un personnage hors du commun. Il a été quasiment divinisé de son vivant. Je fais partie de ceux qui pensent qu'il n'avait pas que des qualités. Ça n'enlève rien à son génie et à sa force. Il a fait considérablement progresser la biologie et la compréhension même de tout le vivant. Pasteur, le grand homme du Jura... La maison de Pasteur est très bien entretenue, aussi bien à Arbois qu'à Paris. Il faut visiter l'Institut Pasteur aussi. Voilà l'église Saint-Just. Son clocher est un peu disproportionné. Il est beaucoup plus tardif que l'église romane, qui a des bases du XIIe siècle. Le clocher est plus récent.
– Marion Rousse : Alors qu'on a eu un début d'étape très vallonné, à partir d'Arbois, c'est tout plat jusqu'à l'arrivée.
– Ljalabert: Le final se prête à des vitesses plus élevées. Même si le vent est majoritairement défavorable, le terrain est plus accessible. Les échappés n'ont pas beaucoup d'avance. Il n'y a pas de nécessité à se mettre en route tout de suite en tête du peloton. Ce final est très abordable. D'ici 2 heures, les coureurs seront à l'arrivée.
– Nicolas Geay : Très abordable et défavorable à ces 2 hommes de tête. Ils vont tellement vite qu'ils pourraient le faire.
– Thomas Voeckler : Au moment où on parle, ils ne sont pas suffisamment essoufflés. Ils pourraient dire ce que je vais vous dire sur "la roue de ce partage". Je vais vous parler d'un programme piloté par le ministère des Sports.
capture