logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le vendredi 12 juillet 2019 à 2h25 sur TF1

– Mais j'attire les détraqués. Tu devrais le savoir, mon amour.
– Plus 1 O00, pour te voir.
– Oh, oh, très école libre.
– Notre camarade Nogaret qui avait remplacé Ferrari.
– Je me souviens.
– Il devrait reprendre la classe de philosophie.
– Ferrari revient pas ?
– Un nouvel infarctus. C'est pas bon.
– Le pastis arrange rien.
– Notre Camarade Pécheral, brillante lettrée.
– Notre camarade Cazenave exagère. Eh bien, je dois y aller.
– Moi aussi.
– Très heureux de vous retrouver.
– Mais moi aussi.
– Nous aurons loisir de nous croise
– Vous étiez en congé ?
– Non, j'ai donné des cours à l'institut Grimbert. Pas loin des Mirobolants. Pas loin de chez vous.
– Sans que l'on se rencontre ?
– Je vous ai rencontrée, de loin. Vous sembliez toujours pressée.
– La vie passe si vite. Eh bien, bonnes lettres.
– Heureuse philosophie. "Mon cher Valmont, les lettres "dont vous abreuvez Mme de Tourvel ne produiraient pas "tout l'effet "que vous en attendiez. "Peut-être est-elle plus éprise de son mari "que nous ne le pensions. "Et vos débordements amoureux "n'ont pas eu l'heur de l'émouvoir. "C'est le sentiment brutal mais sincère de votre toujours, croyez-le, fidèle Merteuil." "Les Liaisons dangereuses" semblent vous ennuyen Bonnange.
– C'est mon livre de chevet, madame. Sonnerie du lycée
– Camille, je dois vous parler.
– Désolée, Cazenave, je suis très en retard.
– Alors, fixez-moi un rendez-vous.
– Oh, la poisse.
– Laissez, je vous dépose.
– Merde.
– On pourra parler.
– Non, mais ça va aller. Ça va aller. Rugissement du moteur C'est pas grave, j'ai rien. La voiture s'éloigne.
– Je n'en peux plus, Camille. Mon anonymat m'est devenu insupportable. Soyez ce soir à 18h devant la mairie. Moi, en tout cas, j'y serai. Portière Léger cri
– Bonjou r.
– Ce que tu m'as fait peur.
– Tu viens rêver sur la grande place ? Sa mairie, son square, Venise...
– Non, je... Je me détendais.
– Oui, conduire en ville, c'est tuant. Eh bé, remets-toi.
– Non, c'est... C'est la surprise.
– Je te surprends encore, c'est bien. Bon, on rentre ou je te fais un 3e enfant sur la banquette arrière ?
– Comment ça "tu sors" ?