logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le vendredi 14 juin 2019 à 20h00 sur TF1

– En moyenne, le kilo de cerises françaises est à 4E/kg contre 3E pour la Turquie. Difficile de s'aligner, même si, à Rungis, certains professionnels misent encore sur une production de terroir qui attire une clientèle exigeante.
– Une partie des consommateurs est prête à payer un peu plus cher pour mieux manger. Notre clientèle recherche ça aujourd'hui.
– Si on ne se base que sur le prix, on ne pourra pas le faire. Ce ne sera pas intéressant et on ne mettra pas en avant nos cultures, nos terroirs et nos valeurs.
– C'estjustement le pari qu'a fait Pascal Gailet, cet exploitant du Vaucluse qui produit une cerise haut de gamme. Variétés sélectionnées, cultivées sur des parcelles protégées du vent et de la maladie avec ces immenses filets de 500m de long.
– Sur la partie supérieure, c'est un toit avec une bâche anti-pluie. Ensuite, c'est un filet halte-mouche. Ce filet nous permet de ne pas faire de traitement.
– Il lui a fallu 3 ans pour obtenir le 1er Label rouge cefises. Des fruits charnus, très sucrés. Avec son frère, ils ont investi dans cette machine qui trie les cerises une par une pour ne garder que les meilleures.
– Les fruits sont vus sous toutes leurs coutures. La caméra voit l'ensemble du fruit. On fait 30 photos par fruit. Sur ce lot, nous sommes actuellement à 80% de Label rouge.
– L'entreprise voit grand: 50t de cerises dès cette année. Elle espère même gagner de nouveaux marchés à l'étranger.
– A.-C.Coudray : Bonsoir, Garance. On va revenir sur ce Label rouge. Que garantissent les labels aux consommateurs?
– G.Pardigon : Tout dépend de ce que vous cherchez. Sivous Si vous souhaitez avoir une garantie sur l'origine, 3 labels. L'intérêt, c'est de valoriser un terroir. Vous avez l'assurance que vos mirabelles viennent bien de Lorraine ou que vos oignons doux viennent bien des Cévennes. Mais ça dit finalement peu de choses sur leur qualité. Si vous recherchez le goût, il faut privilégier le Label rouge. Les cerises du reportage, les melons ou les abricots, le cahier des charges est très stricte. On contrôle la teneur en sucre et leur calibre.